Complications orbitaires des sinusites : diagnostic et prise en charge thérapeutique

Complications orbitaires des sinusites : diagnostic et prise en charge thérapeutique

Posters / Annales françaises d’oto-rhino-laryngologie et de pathologie cervico-faciale 131 (2014) A104–A160 blant la fosse nasale gauche avec une ext...

58KB Sizes 0 Downloads 6 Views

Posters / Annales françaises d’oto-rhino-laryngologie et de pathologie cervico-faciale 131 (2014) A104–A160

blant la fosse nasale gauche avec une extension orbitaire gauche. Les biopsies de la masse tumorale ont conclu à un synavialosarcome après une étude histologique et immuno-histochimique (Vimentine+ et BCL2+). Le bilan d’extension à distance comprenant une TDM thoraco-abdominale n’a pas montré de métastases. Après une décision multidisciplinaire, l’indication chirurgicale et une radiothérapie postopératoire a été posée. Conclusion La localisation naso-sinusienne du synaviolosarcome est rare. Son traitement est mal codifié. Il peut être chirurgical ou basé sur la radio-chimiothérapie. Le pronostic est généralement mauvais. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.aforl.2014.07.357 P157

Les ostéomes des sinus paranasaux : à propos de 8 cas

R. Mahdoufi ∗ , I. Barhmi , K. Dirane , R. Abada , M. Roubal , M. Mahtar Service d’ORL-CCF, hôpital 20 août, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. But de la présentation Tracer à travers notre travail et une revue de la littérature, les caractéristiques anatomocliniques, les éléments diagnostiques, ainsi que la conduite thérapeutique. Matériel et méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective, qui s’est intéressée aux dossiers des patients suivis entre janvier 2008 et décembre 2013. Résultats Huit cas d’ostéomes sinusiens ont été colligés dont le siège était frontal dans deux cas, ethmoïdal dans 3 cas et éthmoidofrontal chez 3 patients. La tumeur était le plus souvent révélée par une exophtalmie associée ou non a une tuméfaction faciale. Le traitement a consisté à une exérèse chirurgicale. Les suites postopératoires étaient sans incidents avec une bonne évolution. On n’a pas noté de récidive après un recul de 1 an. Conclusion L’ostéome sinusien est une tumeur bénigne dont le traitement chirurgical s’impose dans les formes symptomatiques. La voie d’abord dépend de la localisation tumorale. Le scanner permet de guider le choix de la voie d’abord. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.aforl.2014.07.358 P158

Polypose nasosinusienne : existe-t-il des facteurs prédictifs de récidive après traitement chirurgical ?

A. El korbi ∗ , N. Kolsi , B. Alaya , Z. Ben rhaiem , K. Harrathi , J. Koubaa Service ORL, CHU Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie ∗ Auteur correspondant. But de la présentation Le but est de rechercher des facteurs prédictifs de récidive après chirurgie de la polypose nasosinusienne. Matériel et méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective à propos de 154 cas de PNS opérées dans notre service sur une période de 12 ans (2002–2013). L’âge moyen de nos patients était de 39 ans avec une discrète prédominance masculine. Le traitement chirurgical était une ethmoïdectomie fonctionnelle ou une nasalisation (ethmoïdectomie radicale réglée). Une récidive après chirurgie a été retrouvée dans 36 cas (23,3 %) après un recul moyen de 3 ans. On a divisé ainsi les patients en deux groupes : G1 regroupant les patients ayant une récidive et G2 les patients sans réci-

A155

dives. On a comparé la fréquence de certains facteurs dans les 2 groupes. Résultats Parmi les récidives 33 cas étaient des récidives mineures stabilisées par un traitement médical et 3 cas de récidives majeures nécessitant une reprise chirurgicale. On a noté que le syndrome de Widal était plus fréquent dans le groupe G1 estimé à 16,6 % comparé au G2 qui était à 12,7 % mais sans relation significative (p : 0,54). La présence d’un asthme associé à la PNS ne semble pas être un facteur influenc¸ant la récidive (22,2 % du G1 et 29,6 % du G2 et p : 0,38). Les antécédents de chirurgie naso-sinusienne étaient plus fréquents dans le groupe G1 (G1 : 19,4 %, G2 : 11 %) mais sans relation significative avec le risque de récidive (p : 0,18). Les formes exubérantes de PNS étaient aussi fréquentes dans le groupe G1 que G2 et sans relation significative avec le risque de récidive (p : 0,87). Conclusion Le traitement chirurgical a certes amélioré les résultats thérapeutiques de la polypose nasosinusienne, mais il garde aussi des limites. La récidive après une telle chirurgie semble être influencée par certains facteurs mais aucune relation significative n’était trouvée dans notre série. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.aforl.2014.07.359 P159

Complications orbitaires des sinusites : diagnostic et prise en charge thérapeutique

H. Khaled ∗ , A. El korbi , S. Belhadj rhouma , H. Chouchène , N. Kolsi , J. Koubaa Service ORL, CHU Fattouma Bourguiba, Monastir, Tunisie ∗ Auteur correspondant. But de la présentation Le but du travail est d’étudier les particularités épidémiologiques, cliniques et paracliniques des complications orbitaires des sinusites ainsi que les différentes modalités thérapeutiques et évolutives. Matériel et méthodes Il s’agit d’une étude rétrospective portant sur 32 cas de complications orbitaires des sinusites pris en charge dans notre service durant un période de 20 ans (1993–2012). Résultats L’âge moyen de nos patients était de 31 ans avec une nette prédominance masculine. Les signes ophtalmologiques avaient dominé le tableau clinique et l’œdème palpébral était le signe majeur. L’examen ophtalmologique avait objectivé une exophtalmie dans 21 cas. Tous les patients ont eu un scanner du massif facial en urgence. Le traitement était une antibiothérapie probabiliste par voie IV. Un drainage orbitaire a été réalisé chez 5 patients, comportant une méatotomie moyenne dans tous les cas. L’évolution était favorable dans 96,75 % des cas. Le recul moyen était de 7 mois. Conclusion Les complications orbitaires des sinusites constituent une urgence diagnostique et thérapeutique. La TDM est indispensable pour le diagnostic. Un traitement adapté et précoce permet d’améliorer le pronostic visuel. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.aforl.2014.07.360 P160

Paragangliome des fosses nasales S. Meherzi , R. Zainine ∗ , F. Rabaaoui , R. Bechraoui , A. Mediouni , G. Besbes Service d’ORL et de CMF, hôpital La Rabta, Tunis, Tunisie ∗ Auteur correspondant.