Convulsion liée à un surdosage en pyriméthamine

Convulsion liée à un surdosage en pyriméthamine

Arch Pddtatr t996;3:286--298 © Elsevier, Paris Lettres h la r&laction Convulsion fi& b u n surdosag~ en pyrhn6tlmmine E Duveau. F Chomie~ne, G Segui...

188KB Sizes 6 Downloads 49 Views

Arch Pddtatr t996;3:286--298 © Elsevier, Paris

Lettres h la r&laction

Convulsion fi& b u n surdosag~ en pyrhn6tlmmine E Duveau. F Chomie~ne, G Seguin Service de l~dimrie, centre hospitalier, 1. rue Marengo. BP 507, 49325 Choleg eerier. France 0tefue le 3 novembre 1995; accept~e le 27 novembre i995) Camille, n~e le 30 novembre 1994, est hospitali~,e en juin 1995, ~ l'ig¢ de 6 mo~s, pour une crise convulsivu g~n~ralis(~e, en dehors de tout contexte febrile. Les anticS.dents sont marqu6s par u~e s~roconversion toxop~asmique materneL!e au 7c mois de Srossesse, trait~ duns un premier temps par la pyrhn~thamine mais rapidement remplac~e ~ la spiramycine du fait de manifestations allergiques. A la naissance, les examens clinique, ~chographique et ophtalmologique n~: rctrouvant aucun sign,: de toxoplasmose cong,~nitale. La concentration des IgG est de 47 UI/mL duns le sang du cordon et de 200 UI/mL duns le sang p6riph~rique au 7© jour de vie. La recherche des IgM est n~gafive sur les deux pr~l~vements. Duns l'attente des r~ttqats du pr~l~vement placentaire, renfant revolt un traitement par spiramycine (150000 UI/kg) de j l ~ jg, suivi d'une cure de pyrlm~;hamlr~ (1 mg/kg/2 j) et sulfadlazine (100 mg/kg/j) pendant 21 jou~ et de pyrim~lhamine et ~piramycine A nouveau pendant 21 jours. Ces m6dicatnents n'6tant pus disponibles sons forme p&fiatrique, on a recours ~ une preparation magistrale, r~alis~e par t'a pharmaeie du centre hospitalier de Choler. Camille est revue r~gufi~remerit pendant cette I~riode; son examen clinique est strictement normal et son d~veIoppemeW, moteur tout ~t far satisfaisant, l.x-s dosages biologiques montrent une diminution de in concentration des IgG qu~ passe de 200 UI/mL tt 40 UI/mL ~ 2 mois et toujours 1'absence d'IgM. En f6vrier 1995, le ~suitat de l'inoculafion du placenta ~t la soufis revient n~gatif et on d~cide d'interromplc Ic h'ait01ncnL

L'enfant est revue en mai 1995, It l'~gc dc 5 mois; son examen cHnique e.st normal mais la s6rolegie mootr¢ une augmentation des ! ~ ~ 800 UI/mL aloss quc persiste on taux indosable d'lgM. L~ traitement est alora ~cpris aux posologies suivantes (poids: 6 kg); pyrimethamine: 10 m 8 tons les 3 jours; sulfadiazine: 100 nag trois lois par jour; acide folinique: 5 ms par semalne. Pour des raisons de pro~mit6, ia pr6paration magistsaleestc.eRe fois r6alis~ par une officinelib~rale, Le traitement d61yute le 31 mai 1995 et comprend une g~iute de sulfadiazine et un sachet de pyrim6thamine. Le lendemain, Camille est asth6nique et vomit. Le p~iatre

d~ide de r6Auire la posotogie de ia pyrim~thamine de moiti~ (les sachets sont rapport~s au pharmacien qui les divise an deux). Les 2 jours suivants, l'enfant abr.orbe uniqucment les g~Iules de sulfadiazine; elle cst ~t 1ouveau cn excellent ~tat g~n~ral et ne vomit pus. L¢ 3 jain, ell© ing/~re ~' 12 heroes un sachet de pyrim~thamine, et uric g~lule de sulfadiazine, et 3 heures apr~ survicnt vne crise, convulsive gen~ralis~e, sans fi~vre, qui ne cede qu'apr~s deux injections intrarectales de diaz~pam. Ia-s examens cliniqne, an particulier neurologique, et biologiques (dosage de racide fofique et des porphyrines urinaires), l'61ectroanc~phalogramme, I'(~chographie transfontanellah'e et le fond d'ceil sont normaux. La notion de possibles convulsions li~.es ~ un surdosage en pyrim6thamine nous conduit t~ r6aliser un dosage de c¢ prodnit dens 1¢ sang. Les r6sultats sont los suivants: p~l~vement du 3 juin: 3.4 mg/L, du 4 juin: 3.3 mg/L, du 6 juin: 2,1 mg/L (labotatoire de toxicologic, h0pital Bichat, Paris). La concentration s~rique th6rapeutique usueile 4 heures apr~s la derni~re prise, est de 0,4 & 1 mg/L [1]. Un dosage du principe aclif dans trois sachets, doses th6oriqucment ~ 5 mg, a ~galement ~t6 r6alis6 qui a r~v~16 la pt~ence d'environ 60 mg de pyrilnPAbamine pure. soit plus de dix fois la dose prescrite (laboratoite de pharmacologic et toxicologic, C H U Angers). La reprise du traitemant s'est faite m,x doses ad~quates. Apr~s 4 mois de recul, il n'existe pus de rtt.cidive de convulsion et aucune s6quelle nenmlogique. La pyrin~thamine est une 2-4 amino-pyrimidine de synth~se, utilis~.e duns le traitement du paludisme, de l'infecfion h Pneumocys~ carini[ et de la toxoplasmose. Deux types d'effets secondaires, dose-d6pendants sont ¢~Onl3~j:g. -

oes troubles h6matologiques: an6mie, lencop6nie et thrombop6nie li~es ~t l'activit6 antifolinique de la pyrin~thamine ~.1~apparaissent lors des traitements de long eours ou en pr6sence de facteurs favodsant une earence on acide folique: carence d'apport, malabsorption ou prise m~licamentcuse (en particulier ph6nobarbital et trim~thoprime); - des troubles neurologiqu¢~ ~ type d'hype~xcitabilit~, do convulsions ou ,~e d6pression m~lullaire retatd6e, souven, F~¢~des de vomissements. Ils s'observ©nt ©n gas de smdosage, ou Iorsqu'il existe un facteur neumlogique pr&lisposant. La posologie, pour la toxoplasmose cong6nka~e, est de I mg/kg/j. Les effets secondaires lies an surdosage apparaissent lors d'une prise unique sup6rienre h 20 mg/kg ou lors de prises r6pet~es sup6ricnres h 5 mg/kg/j [2]. Plusieurs eas d'aecidents graves ii~s h u n surdosage en rapport avec une erreur de prescription, de pr6para-

Lettres ~ la r6dacliou tion ou de d61ivrance, ont d6jh 6t6 recens6s [2, 3]. ils sont direc:ement li~s h la non disponibilit~ d'une forme p6diatrique de pyrim6thamine qui oblige h recourir ~ une pr6paration magistrale. Remerciements au Dr Harry (centre antipoison r6gional des pays de Loire) et au laboratoire de pharmacovigilanee et de toxicologic du CHU d'Angers.

i McLeod R, Mack 13, Foss Rct al. Levels of pyrimethamine in sera and eerebmspinat and venlrieular fluids from infants treated for congenital tosoplasmosis. Antimicrob Agents Chemod~er 1992;36:1040-8 2 Elmalern J, Poulet B, Gamier R, Frelon JH, Castor A. Les accidents graves Iot-s de la prescription de pyrim~thamine chez les nourrissons trait~s pour one toxoplasmose, Thdrapie 1985;40:357-9 3 Charon G, Saint-Raymond A, Castot A. Toxoplasmose cong~nitate, convulsions et surdosage en pyrim6thamine [Lettre]. Arch Fr PZdiatr 1987:44:824 Arch Pddimr 1996;3:286-287

Perforations coliques Sllmntan6es r~ve~atrtces d'un syndrome d'Ehlers-Danlos de type IV C Henry t, S Geiss I, E Wodey t, A Pennerath 2, MT Zabot 3, S Peyrol 3, H Plauchu 3 Service de chirur&ie l~diatriqae, 2seroice de pddiatrie, centre de la M i r e et de l'Enfant, Le Pare, 46, rue de S t a u f f e n , 6 8 0 2 4 C o l m a r ; 3 b u r e a u d ' d t u d e et d e recherches 8dndtiques des affections du muscle, de l'os et du tissu conjonctif, HOteI-Dieu, 69229 Lyon, France

(Reeue le 26 octobrc 1995 ; accept6¢ le 27 novembre 1995) Au moment o,3 notre article [1] dtait sous presse, nous avons appris ie d~c~s de cette j e u n e fille survenu le 19/10/1995 suite/t une rupture de la crosse de I'aorte. O n note, quatre jours avant le dd.c~s, une douleu~ brutale real localis~c lot-s d ' u n tour de man~gc darts un pare d'atW,tctions. Les jours suivants, S a pr6sentd des c~phalees et des fourmiilemcnts dims I¢ m e m b r e supdfieur droit ainsi que des lipothymies. Le d6c~s est survenu au domicile de la patiente. L'examen post-mortem a montr~ des fissurutions transversales de l'origine de la crosse de l'aorte et du tronc ant~rieur brachio-c~phaL~quc avec rupture au niveau de l'aorte h 6 c m des valvules. II apparalt done bien que le probl~me majeur de cette affection soit l'atteinte vasculair¢ [2-7]. ! Henry C, Geiss S, Wodey E et al. Perforations coliques spontan6¢s r~v~lalrices d'un syndrome d'Ehlers-Dan~os de type IV. Arch P~diatr 1995;2:1067-72 2 Andrd R, Duhamel G, Verges D, Lavall~e R. Incidences h6morragiques et visc6rales de la mala~ie d'Ehlers-Dank~s. Bull SoC Mt~d H~p Paris 1965;I 16:971-6 3 Byard RW, Keeley FW, Smith CR. Type IV Ehlers-Danlos

~87

syndrome presenting as sudden infant death. Am J C/in Pathol 1990:93:57¢)--82 4 McKusick VA. Heritable disorders of connective tigsue. St Louis: CV Mosby Co, 1972;343:359-450 5 Naelerio S, Basselta P, Sofgen~e Pet al. La slndrome di Ehlers-Danlos e sue implicazioni chirurgiche. Clin Ter 1990;132:235--48 6 Silva R. Cogbitl TH, Hansbfough JF, Zapata-Sirvent RL. Hatrington DS. Intestinal perform/on and vasonl~ rupture in Ehlers-Dan!os syndrome,ln:$urg 1996;71:48-.50 7 Soucy P, Eidus L, Keetey F. P e f f ~ of the colon in a 15 year-old girl with Ehlers-D~nlos syndrome type IV, 3 Pediatr Surg 1990;25:t 180-2 Arch P~diatr t 996;3:287

Jumeaux conjoints omphalopages:

quand la s~paration chirurgica~? C Cafforio*. M P De CaroHs, C Romagno~ Divisione di Nconatologia, lstituto di Clink-a Pediatrica Universitd Cattolico del Sacro Cv.ore, Reran. ltalie

( R ~ u e le 6 novembre 1995; accept~e le 2%' novembre 1995) A l'appui du traitement ehimrgical p r ~ o c e de s~'peration des jumeaux conjoints omphalopa$es, c o m m e d~jH d~cri! [1], nous rappotto~s le cas d e deux j u m e l l e s conjointes omphalopages hospRalis~s clans t~ot~ service. Angela et Donatella sont ~ e s d'une m~re de 34 ans, troisi/~me geste, deuxi~me pare. L'~chographie ant6natale, r:.alis~e ~ 15 semaines d'imgqmrrh~, avait montre la jonetion des foetus au niveau abdominal, avec un pong de parenchyme h6pmique et la ~ s e n c e d ' u n e volumlneuse omphaloc~le eontenant les anses intest!inales. I1 n ' y avait pas d'imtr©a malfotmatiofls ¢t le caryotyl~ ¢~tait normal (46 XX). La ~ ave.it refus¢~ l" interruption m6dicale de gtosscsse qui s ' e s t ensuite d6roul6e sans probt~me partieulier. L ' a c c o u e h e m e n t a ~t~ programm6 ~t 36 semaines et les deux j u m e l l e s ont 6t~ extraites tr~s facilement. L ' A p g a r ~tait de:. 9-~ ~t 1 et 5 minutes pour les deux enfimts. Le poid~ d'enscrnble 6tait de 5000 g. A l'examen, il y avail un pont de la pointe du sternum ~ l'omphaloc~le, dent le dian~tre ~t son implantation 6tait de 6 cm, couvert d ' u n ¢ membrane l~titon~..ale tv~s mince. I.,¢ cordon ombilical ~tait ~:nique et contenait deux veines et trois attires. Les examens effectu6s (6chogtaphie abdominale, eardiaqae, c6r6brale, lavement opaque, urographie intraveineuse, r~sonimc¢ magn6tique) ont montr6 un foie c o m m u n , deux v6sicules biliaires et deux syst/~mes vasculaires h6patiques s6par6s. Le s e g m e n t intestinal ileal 6tait commun, les arises coliques et les ampoules rectales Correspondance: Chiara Cafforio, Istituto di Clinica Pediatrica, Policlinico Universitar~oA-Gemelli, Largo A-Gemelli, 8, 00168 Roma. "