Effet de la ventilation non invasive sur la capacité résiduelle fonctionnelle au cours de l’anesthésie générale en ventilation spontanée

Effet de la ventilation non invasive sur la capacité résiduelle fonctionnelle au cours de l’anesthésie générale en ventilation spontanée

Ventilation protectrice : du bloc a` la re´animation / Annales Franc¸aises d’Anesthe´sie et de Re´animation 32S (2013) A65–A68 A67 (risque relatif =...

228KB Sizes 8 Downloads 77 Views

Ventilation protectrice : du bloc a` la re´animation / Annales Franc¸aises d’Anesthe´sie et de Re´animation 32S (2013) A65–A68

A67

(risque relatif = 0,40 ; IC95 % 0,24–0,78, p = 0,001). Pendant les sept jours postope´ratoires, 34 patients (17 %) du groupe ventilation non-protectrice ont ne´cessite´ une assistance ventilatoire invasive ou non-invasive contre dix patients (5 %) dans le groupe ventilation protectrice (risque relatif = 0,29 ; IC95 % 0,14–0,61, p = 0,001). La dure´e d’hospitalisation e´tait plus courte dans le groupe ventilation protectrice que dans le groupe ventilation non-protectrice (diffe´rence moyenne de -2,45 jours, IC95 % –4,17 a` –0,72, p = 0,006). Discussion.– L’utilisation d’une strate´gie de ventilation protectrice chez des patients a` risques interme´diaires ou e´leve´s de complications pulmonaires postope´ratoires ame´liore le pronostic postope´ratoire et re´duit la charge de soins hospitalie`re par rapport a` une strate´gie de ventilation non-protectrice. http://dx.doi.org/10.1016/j.annfar.2013.07.140 R109

Effet de la ventilation non invasive sur la capacite´ re´siduelle fonctionnelle au cours de l’anesthe´sie ge´ne´rale en ventilation spontane´e P.-J. Cungi *, J. Bordes, P. Goutorbe, M.-C. Boghossian, V. Chauvin, X. Truchet, E. Kaiser HIA Sainte-Anne, Toulon, France *Auteur correspondant. Introduction.– Pre`s de la moitie´ des anesthe´sies ge´ne´rales est pratique´e en ventilation spontane´e [1]. L’AGVS expose les patients au risque d’hypoxie par apne´es obstructives et baisse de la capacite´ re´siduelle fonctionnelle (CRF) [2]. La ventilation non invasive (VNI) est un mode ventilatoire encore peu utilise´ en anesthe´sie, et son effet sur la CRF n’a jamais e´te´ documente´ au cours d’une AGVS. La tomographie d’impe´dance e´lectrique est une technique non invasive d’e´tude de la distribution re´gionale de la ventilation et des variations de CRF par mesure des variations d’impe´dance e´lectrique du poumon (DEELI) [3]. Nous avons de´termine´ les variations de CRF chez des patients adultes sous AGVS avec et sans VNI au moyen de cette technique. Patients et me´thodes.– Apre`s accord du comite´ d’e´thique, 19 patients programme´s pour une fibroscopie gastrique et une coloscopie en AGVS e´taient inclus. Tous les patients be´ne´ficiaient du meˆme protocole : AGVS avec bolus de propofol, VS pendant la fibroscopie gastrique (phase 1) puis VNI pendant la coloscopie (phase 2). La tomographie d’impe´dance e´lectrique e´tait re´alise´e avec le Pulmovista 5001 (Dra¨gerß). Quatre re´gions pulmonaires d’inte´reˆt (ROI) e´taient de´finies. La re´partition du volume pulmonaire selon ces quatre ROI et la variation de CRF (DEELI) e´taient mesure´es avant l’induction, cinq minutes apre`s l’induction au cours de la phase 1, a` la fin de la phase 1, cinq minutes apre`s le de´but de la phase 2, a` la fin de la phase 2. Re´sultats.– Il e´tait observe´ une baisse de la CRF cinq minutes apre`s l’induction anesthe´sique qui se poursuivait au cours de la phase d’AGVS. L’application de la VNI e´tait associe´e a` une augmentation de la CRF, de`s la cinquie`me minute, qui se maintenait tout au long de la phase 2 (Tableau 1). Cette augmentation de la CRF se faisait surtout au profit des zones pulmonaires oriente´es vers le haut (ROI 1 ET 3). Par ailleurs, la VNI permettait une homoge´ne´isation de la re´partition de la ventilation. Tableau 1 Variations de CRF et distribution de la ventilation en fonction des ROI au cours des diffe´rentes phases. Patient e´veille´

Phase 1 VS T + 5 min

Phase 1 VS Fin de proce´dure

Phase 2 VNI T + 5 min

Phase 2 VNI Fin de proce´dure

23 26 21 30

–1,68 26 18 31 25

–1,88 28* 19* 30* 22*

1,33 24 22 26 28

1,15 24* 23** 26* 27*

DEELI globale ROI ROI ROI ROI

1 2 3 4

(%) (%) (%) (%)

Discussion.– Notre e´tude montre que la perte de CRF survient rapidement apre`s l’induction anesthe´sique, meˆme lorsque la VS est pre´serve´e. La VNI permet une augmentation de la CRF pre´coce qui se maintient tant que la VNI est applique´e. En de´cubitus late´ral gauche, les zones les mieux ventile´es sont les zones « hautes », et la VNI permet une homoge´ne´isation de la ventilation. Notre e´tude montre e´galement que la VNI au cours d’une AGVS est une technique re´alisable avec un ventilateur d’anesthe´sie de dernie`re ge´ne´ration. Elle permet aussi un monitorage complet de la ventilation par rapport au masque simple. La VNI en anesthe´sie peut eˆtre une technique a` conside´rer lors de la re´alisation d’AGVS, notamment chez des patients a` risque d’hypoxe´mie (insuffisant respiratoire, SAOS). Re´fe´rences [1] Ann Fr Anesth Reanim 1998;17:1317–23. [2] Anesthesiology 1995;82(1):6–19. [3] Crit Care Med 2009;37(2):713–24. http://dx.doi.org/10.1016/j.annfar.2013.07.141 R110

Morphologie de l’atteinte pulmonaire et alte´ration de la clairance liquidienne alve´olaire dans le SDRA C. Aurelie a,*, M. Jabaudon a,b, L. Roszyk c, R. Gue´rin a, J. Pascal c, S. Perbet b,c, S. Cayot c, V. Sapin c, J.-M. Constantin a,b a Re´animation adultes et unite´ de soins continus, de´partement d’anesthe´sie re´animation, CHU Estaing, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France b Retinoids, Development and Developmental Diseases (R2D2)-EA 7281, faculte´ de me´decine, universite´ d’Auvergne Clermont-Ferrand-1, Clermont-Ferrand, France c De´partement de biochimie me´dicale et biologie mole´culaire, CHU Estaing, CHU de Clermont-Ferrand, Clermont-Ferrand, France *Auteur correspondant. Introduction.– Le syndrome de syndrome de de´tresse respiratoire aigue¨ (SDRA) est une pathologie fre´quente en re´animation avec une morbi-mortalite´ importante. Deux types morphologiques d’atteinte pulmonaire ont e´te´ de´crits : les SDRA focaux et les SDRA non focaux. Le pronostic et la prise en charge the´rapeutique de ces deux formes sont diffe´rents. Des travaux ont montre´ que la clairance alve´olaire, reflet de la fonction e´pithe´liale alve´olaire, e´tait alte´re´e chez les patients atteints de SDRA. Notre objectif e´tait de comparer le taux de clairance liquidienne alve´olaire en fonction du caracte`re focal ou non focal de l’atteinte pulmonaire. Patients et me´thodes.– Trente patients atteints de SDRA ont e´te´ inclus dans cette e´tude prospective observationnelle dans un service de re´animation adulte. Le calcul du taux de clairance alve´olaire e´tait re´alise´ pour chaque patient a` partir du dosage de la concentration en prote´ines du liquide d’œde`me alve´olaire a` l’inclusion, et quatre heures apre`s l’inclusion. Une tomodensitome´trie pulmonaire e´tait re´alise´e pour chaque patient, et le