Élévation de la troponine ultrasensible préopératoire en chirurgie vasculaire : un nouveau facteur de risque cardiovasculaire ?

Élévation de la troponine ultrasensible préopératoire en chirurgie vasculaire : un nouveau facteur de risque cardiovasculaire ?

Élévation de la troponine ultrasensible préopératoire en chirurgie vasculaire : un nouveau facteur de risque cardiovasculaire ? Tableau 1 Foued El G...

141KB Sizes 4 Downloads 79 Views

Élévation de la troponine ultrasensible préopératoire en chirurgie vasculaire : un nouveau facteur de risque cardiovasculaire ?

Tableau 1

Foued El Gharbi ∗ , Vincent Degos , Johann Gaillard , Jeff Guezennec , Arthur James , Ismael Khelifa , Marie-Virginie Oré , Pierre Coriat Département anesthésie-réanimation, service de chirurgie vasculaire, hôpital la Pitié-Salpêtrière, Paris, France ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (F.E. Gharbi) Introduction Les nouvelles méthodes de dosage de la troponine confèrent à ce biomarqueur un intérêt pronostic chez le coronarien chronique [1]. L’objectif de l’étude est de déterminer si une troponine ultrasensible (hs-cTnT) anormalement élevée en préopératoire améliore la stratification du risque cardiaque postopératoire. Patients et méthodes Entre septembre 2013 et mars 2015, 804 opérés consécutifs de chirurgie vasculaire de notre institution ont bénéficiés d’un dosage de hs-cTnT en préopératoire et au cours des trois premiers jours postopératoire. Le dommage myocardique ischémique postopératoire (myocardial injury after non cardiac surgery [MINS]) a été défini comme une élévation postopératoire de hs-cTnT au-dessus du seuil de 50 ng/L associé à élévation de plus de 60 % par rapport à la hs-cTnT préopératoire. Les facteurs préopératoires associés au MINS ont été déterminés par analyse uni puis multivariée. La valeur prédictive des facteurs associés à un risque accru de MINS a été évaluée par des courbes ROC. Résultats Six cent dix-sept opérés ont été inclus dans l’étude. Ont été exclus : 17 absences de dosages de hs-cTnT, 96 absences de dosages de créatinine, 3 interventions sous circulations extracorporelles, 25 insuffisances rénales chroniques sévères, 40 insuffisances rénales aiguës et 6 sepsis postopératoires. Les comorbidités préopératoires des opérés étaient HTA (70 %), cardiopathie ischémique (34 %), tabagisme actif (47 %), antécédent de pathologie cérébro-vasculaire (13 %), diabète (23 %), hypercholestérolémie (75 %), obésité (19 %), insuffisance rénale chronique modérée (29 %) ; 79 % des opérés étaient traités par antiagrégants plaquettaires et 66 % par statines. En préopératoire : 565 (92 %) opérés présentaient une hs-cTnT détectable et 167 (27 %) une hs-cTnT supérieure à 14 ng/L (99e percentile). En postopératoire un MINS a été retrouvé chez 33 opérés (5,3 %). Les facteurs préopératoires associés à un MINS en analyse univariée sont donnés dans le Tableau 1. En analyse multivariée comparant le score de Lee et la hs-cTnT, seule une hs-cTnT préopératoire supérieure à 14 ng/L est un facteur indépendant de MINS (OR = 3,61 ; IC95 % : 1,73—7,51, p = 10−3 ). La valeur prédictive pour le MINS du score de Lee majoré de 1 point en cas de hs-cTnT préopératoire supérieure à 14 ng/L est supérieure à celle du score de Lee comme le montre la différence significative des aires sous les courbes ROC : score de Lee-troponine à 0,65 (0,56—0,74) et score de Lee à 0,56 (0,47—0,65), p = 0,006. Discussion La hs-cTnT préopératoire permet une meilleure stratification du risque cardiaque des opérés de chirurgie vasculaire. Une hs-cTnT supérieure au 99e percentile (14 ng/L) est le facteur de risque indépendant le plus significativement associé à un MINS. Ajouté au score de Lee, une valeur préopératoire de hs-cTnT supérieure à 14 ng/L permet une meilleure stratification préopératoire du risque cardiaque des opérés de chirurgie vasculaire.

tome 1 > supplément 1 > septembre 2015

Déclaration d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cet article. Référence [1] McFalls EO, et al. Outcomes of hospitalized patients with non-acute coronary syndrome and elevated cardiac troponin level. Am J Med 2011;124(7):630—5. http://dx.doi.org/10.1016/j.anrea.2015.07.437 R435

Effets de la ventilation à volume courant réduit sur les échanges gazeux et les complications pulmonaires après chirurgie cardiaque Rita Boulos , Fadia Haddad ∗ , Khalil Jabbour , Gemma Hayek , Patricia Yazbeck , Samia Madi-Jebara Dar, hôpital Hôtel-Dieu de France/usj, Beyrouth, Liban ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : ffl[email protected] (F. Haddad) Introduction Les complications respiratoires constituent une cause redoutable de morbidité et de mortalité dans la période périopératoire. Plusieurs études ont incriminé la ventilation mécanique à haut volume courant (VC) dans la survenue de lésions pulmonaires [1]. Les études qui ont évalué l’effet de la ventilation à VC réduit sur les échanges gazeux et sur les complications respiratoires après une chirurgie cardiaque sont peu nombreuses et leurs résultats ne sont pas concluants [2]. Le but de cette étude est d’évaluer les effets de la ventilation à VC réduit sur les échanges gazeux, la mécanique et les complications respiratoires chez les patients (pts) ayant subi une chirurgie coronaire sous circulation extracorporelle (CEC). Patients et méthodes Tous les pts programmés pour une chirurgie coronaire élective d’octobre 2013 à décembre 2014 sont inclus. Ils ont été randomisés en 2 groupes (Gr) : Gr I (30 pts) ont été ventilés avec un VC réduit (6 mL/kg de poids idéal avec une PEEP à +5 cm H2 O) ; Gr II (30 pts) ventilés avec un VC normal (10 mL/kg de poids idéal sans PEEP) et ceci depuis l’induction de l’anesthésie jusqu’à l’extubation en postopératoire en réanimation. Aucune ventilation n’a été maintenue durant la CEC dans les 2 Gr. Les autres paramètres de la ventilation, les protocoles anesthésiques et la technique chirurgicale ont été identiques dans les 2 Gr. Ont été notées les données ventilatoires et gazométriques (PaO2 , PvO2 , P insp, auto-PEEP, compliance pulmonaire, PaO2 /FiO2 , P(A-a) O2 et Qs/Qt) et l’Hb et ceci à H0, H4, H8, H24, H48 et j4. Ont également été notés le saignement périopératoire, la durée de ventilation, la survenue de complications respiratoires au

A287

R434

Communications libres

Communications libres — Vendredi 18 septembre 2015