Global events and event stratigraphy in the phanerozoic

Global events and event stratigraphy in the phanerozoic

352 G e o b i o s 29-3 - A n a l y s e d ' o u v r a g e GLOBAL EVENTS AND EVENT STRATIGRAPHY IN THE P H A N E R O Z O I C O.H. Walliser (ed.). 1996...

132KB Sizes 4 Downloads 99 Views

352

G e o b i o s 29-3 - A n a l y s e d ' o u v r a g e

GLOBAL EVENTS AND EVENT STRATIGRAPHY IN THE P H A N E R O Z O I C O.H. Walliser (ed.). 1996. VIII, 333 p., 86 fig. DM 128. ISBN 3-540-59056-0. Ce livre de synth6se sur les grands 6v6nements qui ont marqu6 l'histoire de la biosph+re comporte 16 articles dus 5. 29 contributeurs. I1 est le bienvenu car il tient la gageure de presenter en un volume relativement limitS, un 6tat des lieux sur des questions qui font l'objet, depuis quelques anndes, d'une inflation telle de publications qu'une lecture exhaustive e n e s t devenue impossible. Dans le prologue, O.H Walliser rappelle que les seuls membres du PICG 216 "Global Biological Events in Earth History" (1984-92) dont ce volume illustre les r6sultats, publi~rent, durant cette pdriode, quelque 1 000 articles! On est donc fort aise de disposer ici d'une synth6se ais6ment consultable. Apr+s une courte introduction historique de O.H. Walliser, l'ouvrage comporte trois parties. La premiere fournit, en cinq articles, des considerations g6nSrales. Elles concernent un rapide rappel des diverses causes classiquement envisag6es, une Svaluation de la fiabilit6 des documents palSontologiques et de leur interpr6tation, l'habitueI traitement quantitatif de l'ampleur des extinctions par J.J. Sepkoski, une confrontation des diverses variations globales rSpertori6es des environnements avec celles affectant la biosph6re, un examen des informations fournies par ies isotopes stables et de la precision de la chimiostratigraphie consid6r6e ici comme Squivalente voire meilleure que celle de Ia biostratigraphie. La seconde partie, la plus volumineuse avec environ 220 pages, pr6sente en neuf articles un panorama complet des grandes extinctions et de quelques autres bioSv6nements traitSs par des spScialistes [email protected] Pour le PrScambrien, M.A. Fedonkin rappelant l'originalitd des donn6es pal6ontologiques dont la plupart ont ~t6 acquises au cours des trois derni6res dScennies, insiste sur l'6v6nement capital que repr6senta l'apparition des eucaryotes et sur leur capacitS diversificatrice qui leur permit de dominer le monde des procaryotes. Cette "eucaryotisation" des Scosyst6mes puis la diversification des m6tazoaires au Vendien modifi6rent consid6rablement les palSoenvironnements. M.D. Brasier dresse, pour le Cambrien, l'6tat global des actuelles tentatives de reconstructions pal6og6ographiques, climatiques, gdochronologiques et des variations eustatiques avant d'examiner Ies diverses phases dSsormais reconnues dans la radiation cambrienne. Les bioSv+nements de la pdriode ordovicienne sont illustrSs par l'dtude de trois groupes, conodontes, trilobites et graptolites correspondant respectivement aux sp~cialitSs des auteurs, C.R. Barnes, R.A. Fortey et S.H. Williams. Durant cette p~riode, qui fut celle d'intenses diversifications pour de nombreux groupes, Ies auteurs distinguent quatre Sv~nements majeurs d'extinctions suivis de nouvelles radiations innovantes qu'ils relient fi des dv+nements eustatiques. La pSriode se termine par I'une des crises majeures qu'eut 5. subir la biosphere lors de la glaciation et de la r6gression ashgilliennes. L'Ordovicien laisse, au total, l'image d'une histoire complexe dans un contexte encore tr~s imparfaitement reconstituS. Pour le Silurien, c'est un collectif de douze contributeurs coordonn~s par D. Kaljo qui ont regroups leurs apports. Cela conf+re peut-Otre moins d'homog~nSitd au chapitre dans lequel sont examinSs successivement les donn~es relatives 5. divers groupes d'organismes puis des cas rSgionaux particuliers. IIen ressort que pour cette pdriode, habituellement considdrde comme calme parce que sans extinctions massives, une quinzaine de bio6v6nements peuvent ~tre r~pertori~s que les auteurs corr~lent surtout avec des variations du niveau marin. O.H. Walliser s'est chargS de synth~tiser l'histoire ~v~nementielle du D~vono-Carbonif~re dont on sait qu'elle a StS marquSe, au D~vonien sup~rieur et terminal notamment (6v6nements de Kellwasser et d'Hangenberg), par plusieurs phases d'extinctions. Les confrontations de ces diverses crises, d'ampleurs tr~s vari6es, avec les modifications reconstituSes des paRoenvironnements sugg6rent des corrdlations avec des variations eustatiques et des crises d'anoxie. Pour le Permien, D.H. Erwin donne en une douzaine de pages un brefr6sumS des 6ldments qu'il a eu l'occasion de dSvelopper r~cemment (1993) dans son attrayant ouvrage consacr6 5. la plus importante des extinctions du Phan6rozo~que. Si cette crise peut avoir rSsult6 de la conjonction de plusieurs facteurs dSfavorables, il reste que de nombreuses questions demeurent ouvertes 5. propos de cette crise majeure mais pour laquelle les affieurements d~monstratifs sont malencontreusement rdduits en hombre. Apropos du Trias et du Jurassique, A. Hallam rappelle que l'on peut consid6rer quatre bio6v6nements globaux pour le Trias et deux rSgionalement plus limitSs pour le Jurassique. Curieusement, c'est pourtant la seconde pdriode qui se trouve b~nSficier des plus longs d6veloppements parce que les renouvellements des faunes y sont considdrSs groupe par groupe. On retiendra de ce chapitre que l'auteur privilSgie variations eustatiques et ~v6nements anoxiques comme causes les plus probables des crises examinees. E.G. Kauffman & M.B. Hart adoptent une autre d6marche pour le Cr6tacd. Distinguant les biodv6nements de diversification et ceux de rSduction de la diversit6, ils en illustrent les diff&ents cas d'amplitude, locale, rSgionale et globale, avec l'exemple de ceux enregistr6s au Colorado. Pour les autres r~gions (Europe, Afrique du Nord, Oc6an lndien), les IocalitSs ddmonstratives sont bri6vement rappelSes. De l'ensemble des observations disponibles et tenant compte des difficultds de corr6lations temporelles, les auteurs concluent ^ la complexit6 et 5. l'imbrication de causes multiples pour les bio6v6nements majeurs. Le dernier chapitre livre quelques r6flexions de O.H. WalIiser sur les risques nouveaux encourus par l'dcosyst6me global avec Ies activitSs humaines. L'auteur dresse un rapide bilan des dSsSquilibres multiples engendrSs dans un contexte d'accSlSration croissante des innovations techniques. Les Iegons du passS fournies par l'6tude des extinctions majeures ne sont, en r~alit~, que partiellement transposables clans nos rdflexions ~t cet Sgard. I1 me semble, en outre, que bien qu'elle soit 6voqu~e, la "bombe" d6mographique est insuffisamment raise en exergue. La troisRme pattie de l'ouvrage, rdalisSe par cinq des prScSdents auteurs, constitue un document original qui sera probablement souvent consultS. Elle est, en effet, une compilation des 65 dv6nements d'extinctions globales actuellement [email protected] durant le PhanSrozoi'que et sur lesquels reposent, pour l'essentiel, les divisions des temps g~ologiques. Pour chacun d'eux sont fournies caract~ristiques biologiques et environnementales et citSes les causes invoquSes. Le lecteur y trouvera mentionnSs les 6v6nements du Tertiaire qui n'ont, curieusement, pas St6 trait6s auparavant dans le Iivre. Une excellente synth6se donc, accompagnde d'une riche bibliographie, qui souligne 5. maintes reprises la complexitS causale des extinctions et permet au lecteur de disposer d'un condens6 de donn6es et d'interprdtations amassdes depuis pr6s de vingt ans. Analyse C1audeBABIN