Hypercalcémie par métastases osseuses septiques

Hypercalcémie par métastases osseuses septiques

451s Posters Poster 87 Hypercalckmie par metastases B Fremy, V Rigalleau, P Pheline, Contrairement aux mktastaxeh osseuses nkoplasiques, les m...

94KB Sizes 2 Downloads 19 Views

451s

Posters

Poster

87

Hypercalckmie

par metastases

B Fremy, V Rigalleau,

P Pheline,

Contrairement aux mktastaxeh osseuses nkoplasiques, les mktastases osseuses septiques ne sont h notre connaissance pas citCes parmi les causes d’hypercalcCmie. M L, 70 ans, est hospitalisk en aoi3 1994. II a CtC opCrk d’un ankvrystne aortique abdominal en fevrier 1993 avec prothkse aortobifknorale. Depuis sont apparus des accks f& briles. L’examen clinique ebt normal, la fikvre a disparu, il y a une disc&e splCnomCgalie. II existe un syndrome inflammatoire et une hypercalckmie j 2,72 tnmol/L avec phosphorkmie g I, I I mmol/L. La vitamine D est normale k 223 ng/mL, la PTH est basse j 9,2 pg/mL. Une infection urinaire B Proreus est traitCe par ciprofloxacine. M L rexte apyrCtique. mais signale des douleurs de la jambe droite. Une scintigraphie au technktium y montre plusieurs foyers d’hyperfixation, orientant des cliches radiologiques et un scanner oti l’on trouve de petites Lanes d’ostColyse. Le scanner abdominal ne montre pas de signe d‘infection de la prothkse. Un mois plus tard. M L est asymptomatique : le syndrome

Poster

V Vergnot,

septiques

J Aubertin,

H Gin

intlammatoire a disparu et la calckmie est h 2.59 mmol/L. Une scintigraphie aux leucocytes marquk est negative. Pendant les 15 mois suivants. M L rexte asymptomatique. En octobre 1995, M L eat hospitalisk pour douleurs abdomnales. puis choc septique. Le scanner montre un abcks du psoas et une fistule prothkticojkjunale. La prothkse infect&e est enlevee, un pontage axillobif~moral est post!. La Cal& mie est normale, il n’y a pas de signe d’atteinte osseuse. Le diagnostic de tnktastases osseuses septiques parait Cvdent sur I’histoire clinique. les images radiologiques, et le diagnostic ultkrieur d‘infection de la prothese aortique. L’hypercalckmie contemporaine a ckd6 sous antibiotique, et n’est plus kapparue avec plus d’ 1 an de recul, faisantexclure une autre cause comme une nf?oplasie occuhe.

Service de sac, France

mdnbonet

diab&ologie,

h&Ma/

Haut-LBvBque.

33800

Pes-

88

BactW5mie Rksultats L Piroth,

ti Yersinia et surcharge en fer. d’une Etude multicentrique

P Meyer, A Monnin-Jacquot,

Les bactkrikmies 2 Yer-sink (Y) xurviennent prkfkrentiellement sur des terrains pathologiques particuliers, parmi lesquels les surcharges en fer (SF). Une Ctude rktrospective multicentrique a et6 conduite afin d’en dkterminer la prkvalence rkelle. Quatre-vingt-dix-sept

cas de bactkriemies 5 Y (8 I Y enterstrois en tours de typage) ont CtC recensks sur une large moitiC est de la France entre 1990 et 1996. Pour chaque patient, un questionnaire centrC sur I’existence de signes cliniques et biologiques de SF a CtC adresk au praticien correspondant. Soixante-dix questionnaires ont CtC remplis et exploitablex. Un bilan martial n’a CtC rCalisC que dan5 53 % des cas (37/7(J). II a CtC mis en Cvidence une SF chez I2 patients. ncuf fois B I’occasion de la bactkrikmie. Deux cas d’hkmochromatose ont et6 confirm& par I’histologie hkpatique. L’espkce en cause a toujours CtC Y enferoliticcr. La prkvalence effective des SF souslitica.

osseuses

I3 YpseLldotuhrrcu1osi.s.

P Bielefeld,

JF Besancenot

jacentes aux bacttrikmies 2 Y mterolitic~c~ t’st done de 40 ‘3 lorsque recherchkes. Notre etude suggkre quatre commentairea : - la prkvalence effective des SF se situe probablement audeli des donnCes de la littkrature ( I ,8- I4 L?r), traduisant une hous-estimation clinique et kpidkmiologique de l’importance du fer dans la genkse des infections ?i Y ; - la mise en evidence d’une Y sur une hkmoculture doit &tre considkrke comme un argument pkomptif de SF ; - la survenue d’un accbs fkbrile chez un patient hCmochromatosique doit faire suspecter une infection B Y; - une Ctude de cohorte multicentrique est nkcessaire pour Cvaluer I’incidence et les caractkristiques des bact&iCmies chez les patients hkmochromatosiques, en fonction notamment de l’efficacitk du traitement dCplCtif. Serwce de [email protected] inteme et maladies sysfkmiques, CHU. 3, rue du Faubourg-Raines, 21033 Dijon cedex.

h6ppital g.Gn&a/, France