Implication de la matriptase dans la fibrose pulmonaire idiopathique

Implication de la matriptase dans la fibrose pulmonaire idiopathique

19e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lille, 30 janvier—1er fevrier 2015 sympathique/parasympathique dans la dyspnée permettrait de progr...

59KB Sizes 0 Downloads 44 Views

19e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lille, 30 janvier—1er fevrier 2015 sympathique/parasympathique dans la dyspnée permettrait de progresser dans la compréhension des mécanismes de réponse aux anticholinergiques dans la BPCO en termes de dyspnée et ce grâce à l’utilisation d’un système de mesure automatique (Physiodoloris®). Méthodes L’activité parasympathique a été étudiée chez 16 volontaires sains (8 hommes) soumis à deux types de dyspnée expérimentales induites par l’inhalation de dioxyde de carbone associée à une ventilation restreinte (« soif d’air ») et par une charge-seuil inspiratoire réglée à 40 % de la pression inspiratoire maximale (« effort/travail »). Le SNA était évalué par trois techniques différentes : la galvanométrie cutanée (GSR), le Physiodoloris (ANI-mesure automatique de l’activité parasympathique par une analyse de l’ECG) et par une analyse spectrale de l’ECG. La dyspnée était évaluée par une EVA. Résultats On retrouvait un inconfort respiratoire modéré en fin de séance respectivement de séance « effort/travail » et « soif d’air » (EVA = 4,2 ± 1,9 cm ; EVA = 6,1 ± 1,8 cm). L’analyse del’ANI et l’analyse spectrale de l’ECG ne révélaient pas de variation du système nerveux autonome lors des deux séances. À l’inverse, le GSR augmentait significativement en réponse à la dyspnée, sans différence entre les deux types de dyspnée. Conclusion Le Physiodoloris n’est pas un bon outil pour l’exploration du SNA dans la dyspnée probablement en raison de difficultés techniques dues aux mouvements du sujet. Le GRS semble plus performant et révèle une activation sympathique en réponse à la dyspnée. Financement Étude financée par le Fond de dotation recherche en santé respiratoire. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.10.703 FRSR3

Étude du rôle de la matrice extracellulaire sur les acteurs cellulaires de la fibrose pulmonaire P.-S. Bellaye France Résumé non communiqué. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.10.704 FRSR4

Rôle de la protéine P16 dans la survenue de l’emphysème induit par la fumée de cigarette chez la souris J. Boczkowski France Résumé non communiqué. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.10.705 FRSR5

Implication de la matriptase dans la fibrose pulmonaire idiopathique O. Bardou 1 , C. Franc ¸ois 1 , A. Menou 1 , B. Crestani 2 , K.S. Borensztajn 1,∗ 1 INSERM1152, Faculté de Médecine X. Bichat, Paris, France 2 Service de Pneumologie A, Hôpital Bichat, Paris, France ∗ Auteur correspondant. La fibrose pulmonaire idiopathique (FPI) est la plus fréquente des fibroses pulmonaires. Son pronostic est dévastateur, et seuls 2 traitements sont actuellement disponibles. L’identification de nouvelles cibles thérapeutiques est donc cruciale. La matriptase est une protéase trans-membranaire nouvellement identifiée. Son rôle dans la réparation pulmonaire normale et pathologique n’a

A249

jamais été exploré. Nous avons étudié son implication dans la FPI, ainsi que les conséquences de son inhibition pharmacologique dans un modèle expérimental. Nous avons observé, dans l’homogénat pulmonaire humain de patients avec FPI, une forte augmentation de l’expression et l’activité de la matriptase, par rapport aux sujets témoins. De plus, la stimulation de fibroblastes pulmonaires humains primaires avec de la matriptase recombinante induit l’expression de protéines de la matrice extracellulaire (collagène et fibronectine), ainsi que l’activation, la prolifération et la migration des fibroblastes, via le clivage protéolytique de Protease-Activated Receptor-2, le récepteur membranaire de la matriptase. Dans le modèle murin de fibrose pulmonaire induite par la bléomycine, nous avons démontré que l’instillation de bléomycine augmente l’expression et l’activité de la matriptase. Enfin, l’administration de camostat mésilate, l’inhibiteur pharmacologique de la matriptase, 7 jours après l’instillation de bléomycine, réduit les lésions pulmonaires, ainsi que l’expression de fibronectine et collagène, causées par la bléomycine. Dans l’ensemble, ces résultats démontrent pour la première fois un rôle de la matriptase dans la FPI. Son inhibition par le camostat mésilate pourrait constituer une stratégie thérapeutique potentielle. Déclaration d’intérêts Les auteurs n’ont pas transmis de déclaration de conflits d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2014.10.706 FRSR6

Modulation affective du filtrage sensoriel respiratoire chez le sujet sain C. Chenivesse 1,∗ , P.Y. Chan 2 , H.W. Tsai 3 , K. Wheeler-Hegland 4 , E. Silverman 3 , A. Von Leupoldt 5 , T. Similowski 1 , P.W. Davenport 3 1 Inserm, UMR S 1158, hôpital Pitié-Salpêtrière, Paris, France 2 Department of Occupational Therapy, Chang Gung University, Taoyuan, Taïwan 3 Department of Physiological Sciences, University of Florida, Gainesville Fl, États-Unis 4 Department of Speech & Hearing Sciences, University of Florida, Gainesville Fl, États-Unis 5 University of Leuven, Leuven, Belgique ∗ Auteur correspondant. Les émotions négatives majorent la perception des sensations respiratoires. Le potentiel évoqué respiratoire (PER) est une mesure électroencéphalographique de la perception des sensations respiratoires. Nous avons testé l’hypothèse que les émotions négatives diminuent le filtrage cérébral du PER. Deux PER (S1 et S2) étaient produits à 500 ms d’intervalle par occlusion inspiratoire. Le filtrage du PER était calculé comme la différence d’amplitude entre les pics N1 du 2e (N1S2) et du 1er PER (N1S1). Les résultats étaient comparés entre 2 conditions expérimentales : émotion neutre et négative produites par la visualisation d’images affectives issues du système IAPS. Treize sujets sains ont participé (7 femmes, 6 hommes). Les résultats sont exprimés par la médiane [min ;max]. L’amplitude du pic N1 du 1er PER (N1S1) était diminué en condition négative comparativement à la condition neutre (—3,37 ␮V [—4,62 ;—1,37] versus —4,59 ␮V [—6,08 ;—1,36] ; p = 0,017). Il n’y avait pas de différence d’amplitude des pics N1 du 2e PER (N1S2) entre les 2 conditions émotionnelles (—0,26 [—3,24 ;2,36] versus —0,7 [—1,54 ;3,6] ; p = 0,68). Le filtrage du PER était significativement diminué en condition négative (score S2—S1 à 3,73 ␮V [0 ;5,82] versus 4,79 ␮V [3 ;6,2] ; p = 0,038). En conclusion, une stimulation émotionnelle négative produit 2 effets sur le PER : d’une part, une diminution d’amplitude du pic N1S1 probablement liée à un effet de distraction attentionnelle vers les images affectives au détriment des sensations respiratoires, d’autre part, une diminution du filtrage du PER. Ce dernier mécanisme pourrait être impliqué dans