La calcitriolémie est-elle un facteur pronostique en dialyse ?

La calcitriolémie est-elle un facteur pronostique en dialyse ?

Posters : dialyse / Néphrologie & Thérapeutique 11 (2015) 287–337 traitement en urgence repose également sur le drainage des voies excrétrices qui se...

63KB Sizes 11 Downloads 82 Views

Posters : dialyse / Néphrologie & Thérapeutique 11 (2015) 287–337

traitement en urgence repose également sur le drainage des voies excrétrices qui sera suivi à distance du traitement de la cause. La prévention repose sur une prise en charge précoce et adéquate des différentes pathologies causales. Déclaration d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cet article. http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2015.07.145 PMD.20

Hypotensions per-dialytiques en réanimation : association à la mesure du volume plasmatique et à l’ultrafiltration L. De Laforcade 1,∗ , C. Villain 1 , A. Boyer 2 , D. Gruson 2 , B. Clouzeau 2 1 Néphrologie-hémodialyse-nutrition rénale, centre hospitalier Lyon Sud, Pierre-Bénite, France 2 Réanimation médicale, groupe hospitalier Pellegrin, Bordeaux, France ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (L. De Laforcade) Introduction L’hypotension per-dialytique (HPD) est une complication fréquente en réanimation, associée à un pronostic défavorable. La mesure du volume plasmatique (VP) donnée par le générateur d’hémodialyse est utilisée en dialyse chronique pour éviter les hypotensions. En réanimation, son utilisation a montré un intérêt chez l’enfant, mais les études chez l’adulte se sont révélées négatives. Patients et méthodes Nous avons mené une étude monocentrique prospective observationnelle. L’objectif principal était d’évaluer si la survenue d’HPD (définie par une PAM < 65 mmHg) était associée à une différence concernant le VP, rapporté à l’ultrafiltration réalisée (UF). L’ensemble des patients recevant une séance d’hémodialyse intermittente dans notre service de réanimation durant 6 mois ont été screenés. Lorsque la mesure du volume plasmatique pouvait être prise en défaut, qu’il n’y avait pas d’UF réalisée, la séance était exclue de l’analyse. Les générateurs de dialyse (AK200S), les consommables et la surveillance per-dialytique n’étaient pas modifiés par rapport à notre prise en charge habituelle. Les paramètres de dialyse étaient laissés au choix du médecin prescripteur. Résultats Deux cent sept séances ont été screenées, 112 (correspondant à 43 patients différents) ont été incluses. Vingt et une séances ont été réalisées sous amines, 12 sous sédation. Une HPD est survenue dans 40 % des séances. Le rapport VP/UF était plus bas lorsque survenait une HPD (médiane : −6,1 %/L vs −7,9 %/L, p < 0,001). Une étude en sous-groupe retrouvait des résultats similaires chez les patients recevant ou non des amines. Discussion Il s’agit de la première étude montrant une relation entre VP, UF et HPD en réanimation. Le rapport VP/UF a montré sa capacité à prédire les hypotensions en dialyse chronique. La négativité des études précédentes en réanimation peut s’expliquer par l’absence de prise en compte de l’ultrafiltration, une définition différente des HPD ou l’utilisation de protocoles de dialyse chronique chez des patients en réanimation. Conclusion Les HPD sont associées à une chute plus importante du volume plasmatique rapporté à l’ultrafiltration chez les patients recevant une hémodialyse intermittente en réanimation. Déclaration d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cet article. Pour en savoir plus Tonelli M. et. al. Kidney Int 2002; 62(3):1075–80. du Cheyron D. et. al. Nephrol Dial Transplant 2013; 28(2):430–7. http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2015.07.146

319

Posters mercredi dialyse : métabolisme minéral PMD.21

La calcitriolémie est-elle un facteur pronostique en dialyse ?

G. Jean ∗ , P. Deleaval , C. Lorriaux , B. Mayor , J.M. Hurot , M. Mehdi , C. Chazot Néphrologie-dialyse, Nephrocare Tassin-Charcot, Sainte-Foy-lès-Lyon, France ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (G. Jean) Introduction De nombreuses études ont rapporté que la carence en vitamine D (25-D) était associée à une surmortalité des patients hémodialysés (HD), mais aucune donnée concernant l’impact du calcitriol plasmatique (1,25-D) n’est disponible. Le 1,25-D est en partie influencé par les traitements vitaminiques D. But À partir d’une cohorte monocentrique, comparer la survie des patients selon le 1,25-D et les traitements par vitamine D. Patients et méthodes Tous les patients HD prévalants du centre ont eu un dosage de 1,25-D et 25-D et ont été observés pendant 4 ans. La survie a été comparée selon les quartiles de 1,25-D (1 à 4), ainsi que l’impact des traitements par alfacalcidol (Alfa ±). Résultats Deux cents vingt-deux patients ont été inclus et suivis. Plus de 85 % des patients recevaient du calcidiol (18 ␮g ± 8/jour), les durées de séances étaient de 5 à 8 heures. En comparaison du 4e quartile (1,25-D-4 : 38–151 pmol/L), les patients du premier quartile (1,25-D-1 : < 4 pmol/L) étaient moins souvent Alfa + (20 % vs 92 %) et avaient des 25-D sériques plus basses (64,6 ± 26 vs 89 ± 41 nmol/L), les autres paramètres n’étaient pas différents. Les patients du 4e quartile avaient une meilleure survie que ceux du 1er (Log Rank HR : 0,55 [0,45–0,92] p = 0,03) et selon le modèle de Cox ajusté pour l’âge, l’ancienneté, le 25-D et le sexe (HR 0,49 [0,27–0,87] p = 0,01). Les patients Alfa + ont aussi un avantage de survie en univariée seulement (Log Rank 0,65 [0,43–0,9] p = 0,03) vs Alfa-. Les patients Alfa + et 1,25-D-4 avaient une meilleure survie que les patients Alfa– et 1,25-D-1 en univariée (Log Rank 0,5 [0,27–0,9] p = 0,02) et que les patients 1,25-D-1 Alfa + en Cox (HR 0,35 [0,11–0,98] p = 0,05). Discussion Il s’agit de la première étude observationnelle faisant état d’une surmortalité pour les patients HD avec une carence en calcitriol traités ou non par alfacalcidol, mais supplémentés en 25-D. Conclusion Ces données doivent être confirmées avant de suggérer l’utilité d’un dosage de 1,25-D et une supplémentation chez les patients HD. Déclaration d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en relation avec cet article. http://dx.doi.org/10.1016/j.nephro.2015.07.147 PMD.22

Sévérité de l’hyperparathyroïdie secondaire chez les patients en échec de transplantation un an après le retour en dialyse : une étude monocentrique M. Jannot 1 , M. Normand 2,3 , A. Afiani 4 , L. Azzouz 4 , A. Chabroux-Seffert 4 , J. Jurine 4 , A. Ziane 4 , C. Mariat 1 , M.H. Lafage-Proust 2,5,∗ 1 Néphrologie, transplantation, dialyse, université J-Monnet, université de Lyon, Saint-Étienne, France 2 Inserm U1059, Saint-Étienne, France 3 Université J-Monnet, université de Lyon, Saint-Étienne, France 4 Service de dialyse, Artic 42, Saint-Étienne, France 5 Rhumatologie, université J-Monnet, université de Lyon, Saint-Étienne, France