Les hémoptysies dans les dilatations de bronches

Les hémoptysies dans les dilatations de bronches

A242 20e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lille, 29—31 janvier 2016 à juillet 2015) avec une prédominance féminine (36 femmes/22 homme...

58KB Sizes 0 Downloads 48 Views

A242

20e Congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lille, 29—31 janvier 2016

à juillet 2015) avec une prédominance féminine (36 femmes/22 hommes), la moyenne d’âge est de 53,79 ans (extrême 17—85 ans). Le tabagisme est noté chez 12 patients. Un antécédent de DDB est retrouvé chez 40 cas (dont 4 opérés), de tuberculose pulmonaire chez 11 cas et aucun antécédent chez 3 cas. La symptomatologie est faite d’une bronchorrhée dans 35 cas, une hémoptysie 21 cas, une dyspnée 16 cas, et une fièvre 12 cas. Le téléthorax montre des images typiques de DDB dans 38 cas (29 bilatérales/9 unilatérales). La TDM confirme les DDB dans tout les cas. La fibroscopie bronchique est faite chez 32 patients dont 34 % était normale. La spirométrie est réalisée chez 25 malades montrant un syndrome mixte chez 17 cas, restrictif chez 4 cas et normal dans 4 cas. Le germe de la surinfection était le Pseudomonas aeruginosa dans 8 cas le Streptococcus pneumoniae dans 2 cas et Mycobacterium Tuberculosis (BK) dans 2 cas et 1 cas de Candida albicans. Le traitement était en fonction de la symptomatologie (antibiothérapie 43 cas, antifongique 1 cas, traitement symptomatique de l’hémoptysie 21 cas, antituberculeux 2 cas, et une kinésithérapie pour 37 cas), le traitement chirurgical était indiqué pour 2 cas. L’évolution était favorable pour la majorité des patients (3 décès). Conclusion La dilatation des bronches est une pathologie fréquente dans notre pays comme tout les pays en développement, nécessitent une prise en charge multidisciplinaire. Ses étiologies restent dominées par la tuberculose et les infections respiratoires infantiles. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2015.10.535 619

Les hémoptysies dans les dilatations de bronches M. Jaafar ∗ , D. Ihadadene , A. Ketfi , M. Gharnaout Service de pneumologie, EPH de Rouiba, Alger, Algérie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Jaafar) Introduction L’hémoptysie correspond au passage du sang du secteur vasculaire thoracique vers le secteur aérien sous-glottique. Au cours des dilatations des bronches(DDB) l’hémoptysie est secondaire a une hyper-vascularisation bronchique. Méthodes Nous rapportons une étude rétrospective d’une série de 58 cas de DDB hospitalisés dans le service de pneumologie de l’EPH de Rouïba d’Alger entre janvier 2011 et juillet 2015. Résultats Il s’agit de 36 femmes et 22 hommes dont la moyenne d’âge est de 54 ans. On note des antécédents de tuberculose pulmonaire dans 19 % des cas, un déficit immunitaire primitif dans 2 %, des infections à répétition de l’enfance dans 62 %, une polyarthrite rhumatoïde dans 2 %, une insuffisance respiratoire dans 5 %, un asthme dans 10 %, et une BPCO dans 3 %, et dans 5 % aucun antécédent n’a été trouvé. L’hémoptysie est notée dans 36 % (21 cas), elle était minime dans 66,6 % (14/21) et de moyenne abondance dans 33,3 % (7/21). La TDM montre des DDB bilatérales dans 86 % et unilatérales dans 14 % des cas. La bronchoscopie faite pour 32 patients a montré l’origine du saignement dans 19 % des cas (4/21). Les causes identifiées sont la surinfection bactérienne dans 62 %, les séquelles de la tuberculose 14 %, et 24 % de causes inconnues. Le traitement était basé sur les hémostatiques, le traitement de l’étiologie et un traitement substitutif (transfusion sanguine). L’évolution était favorable pour tous les hémoptysies. Conclusion L’hémoptysie est une complication redoutable des DDB pouvant mettre en jeu le pronostic vital, elle nécessite une prise en charge rapide et adéquate. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2015.10.536

620

Profil des hospitalisés pour exacerbation de dilatation des bronches chez l’adulte I. Elkard ∗ , H. Benjelloun , N. Zaghba , N. Yassine Service des maladies respiratoires, CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (I. Elkard) Introduction La dilatation des bronches (DDB) est une cause de morbidité et de mortalité principalement dans les pays en voie de développement. Les exacerbations de DDB nécessitant le recours a l’hospitalisation reste important dans notre pays. Méthodes Étude rétrospective portant sur 62 patients hospitalisés pour exacerbation de DDB au service des maladies respiratoires du CHU Ibn Rochd de Casablanca sur trois ans (2012—2014). Résultats L’âge moyen était de 65 ans avec nette prédominance féminine (87 %). La DDB n’était pas connue au moment de l’hospitalisation chez 45 % des cas. La DDB était connue chez 55 % des cas, parmi eux 5 % avaient été déjà hospitalisés au cours de l’année écoulée. Un tableau d’insuffisance respiratoire aiguë était présent dans 80 % des cas dont la majorité avait une DDB connue. L’augmentation du volume des expectorations qui étaient purulentes était notée dans tous les cas, associée à des hémoptysies dans 12 cas. La DDB était diffuse bilatérale dans 64 % des cas, et localisée dans 36 % des cas. L’examen cytobactériologique des expectorations avait permis d’isoler le germe dans 20 cas (32 %), dont le Streptococcus pneumoniae dans 24 % des cas et Pseudomonas aeruginosa dans 8 % des cas. Tous les patients ont rec ¸u une bi-antibiothérapie probabiliste associée à une kinésithérapie respiratoire, avec bonne évolution clinique et biologique. Une oxygénothérapie à domicile était indiquée dans 2 % des cas qui avaient une DDB connue. La durée d’hospitalisation moyenne était de 16 jours. Conclusion Nous soulignons que le motif d’exacerbation aiguë de DDB reste dominé par la surinfection bronchique. L’ancienneté de la DDB ou le caractère connu ou inconnu pourrait avoir un impact sur la sévérité du tableau clinique. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. http://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2015.10.537 621

Inhalation accidentelle d’épingle à foulard : à propos de 38 observations K. Elatiqi ∗ , N. Zaghba , H. Benjelloun , N. Yassine CHU Ibn Rochd, Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (K. Elatiqi) Introduction L’inhalation de corps étranger est un accident rare chez l’adulte. L’inhalation d’épingle a foulard est un phénomène de plus en plus fréquent dans notre contexte (Fig. 1). Méthodes Nous rapportons 38 cas d’épingle à foulard inhalées colligées au service des maladies respiratoires du CHU Ibn Rochd entre janvier 2005 et décembre 2014. Résultats Il s’agit de 38 jeunes filles, la moyenne d’âge est de 16,5 ans avec des extrêmes de 10 et 30. Aucun antécédent n’est retrouvé chez toutes les patientes. Le syndrome de pénétration est retrouvé dans tous les cas, avec accès de suffocation dans 14 cas, une toux sèche dans 13 cas, des expectorations purulentes dans trois cas et des hémoptysies dans 2 cas. L’examen clinique est normal dans tous les cas. Le téléthorax a montré une opacité linéaire à droite dans 21 cas, à gauche dans 16 cas, et médiane dans un cas. La bronchoscopie a visualisé l’épingle à foulard au niveau de la pyramide basale droite dans 17 cas et gauche dans 12 cas, au niveau de la bronche principale gauche dans 3 cas, au niveau de