Lymphome primitif de la queue de cheval : à propos d’un cas et revue de la littérature

Lymphome primitif de la queue de cheval : à propos d’un cas et revue de la littérature

268 Société de neurochirurgie de langue franc¸aise – Communications affichées présentées à la Réunion annuelle de Paris / Neurochirurgie 64 (2018) 240...

NAN Sizes 0 Downloads 7 Views

268

Société de neurochirurgie de langue franc¸aise – Communications affichées présentées à la Réunion annuelle de Paris / Neurochirurgie 64 (2018) 240–277

P-89

P-91

Lymphome primitif de la queue de cheval : à propos d’un cas et revue de la littérature

Cavernome cérébral géant chez un enfant : à propos d’une observation exceptionnelle avec revue de la littérature

N. Mezghani ∗ , S. Achoura , A. Harbaoui , H. Ammar , R. Chkili Tunis, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (N. Mezghani) Introduction Primary spinal lymphoma of the cauda equine is a very rare lesion that usually occurs in the brain tissue. The disease is classified as primary if there was no evidence of systemic lymphoma by screening at the time of diagnosis. Observation we report a case of a 75-year- old previously healthy man presented with leg weakness and urinary incontinence since 3 months. Neurological examination revealed a cauda equina syndrome. Spinal magnetic resonance imaging (MRI) revealed after intravenous contrast injection a homogenous enhancement (multiple lesions) in dura matter and in the filum terminalis. Brain, cervical and thoracic MRI did not reveal any mass. A biopsy of the lumbar dura was performed after a lumbar laminectomy and revealed a malignant lymphoma. Discussion–conclusion Primary spinal lymphoma of the cauda equina is a rare lesion with no specific laboratory or radiologic findings: only the anatomopathologic exam confirmed the diagnosis. Prognosis is poor despite aggressive treatment with radiotherapy, chimiotherapy or combination of them. Disclosure of interest The authors declare that they have no competing interest. https://doi.org/10.1016/j.neuchi.2018.05.148 P-90

Kyste de la poche de Blake : à propos de 5 cas et revue de la littérature

M.S. Benachour ∗ , F. Bouchenaki , K. Boustil , N. Hamrouche , M. Nadji , N. Ioualalen , S. Bakhti Alger, Algérie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M.S. Benachour) Introduction Classifications and descriptions of cystic malformations of the posterior fossa in the literature are based on the stage of embryonic development, communication or not with the subarachnoid spaces or fourth ventricle, the morphological changes of the posterior fossa and the association with other supra tentorial malformations. Thus, the Dandy-Walker malformation, Dandy-Walker variant, the mega-cisterna magna, the Blake’s pouch cyst, the valecula cyst represent stages of development malformations in the posterior fossa with a common embryological basis. Material and methods We described in this presentation 4 cases of BPC: the first case of a child with hydrocephalus associated with this malformation requiring a ventriculo-peritoneal shunt at the age of 40 days. The second case is a 4-years-old child to whom a shunt was placed for hydrocephalus associated with the persistence of Blake’s pouch. The third of a 29-years-old women valved for hydrocephalus associated with Blake’s Pouch cyst; the fourth case is a 63-yearsold woman shunted for a BPC associated with a hydrocephalus; the fifth is a 2 months old boy shunted for hydrocephalus with BPC. Results All our patients benefited from a cerebral MRI; a VP shunt was placed in all cases with good outcome in 3 cases; a shunt malfunction was noted in 2 cases. Conclusion Blake’s pouch cyst persistence is a rare malformation of the posterior fossa with a favorable prognosis after surgical treatment. The value of radiology in the diagnosis is crucial and the management is still a point of discussion. Disclosure of interest The authors declare that they have no competing interest. https://doi.org/10.1016/j.neuchi.2018.05.149

F. Derkaoui Hassani ∗ , N. El Abbadi Rabat, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (F.D. Hassani) Introduction Les angiomes caverneux géants du système nerveux central sont rares. Il s’agit d’une lésion vasculaire bénigne occulte sur l’angiographie cérébrale dont la taille peut prêter à confusion avec d’autres pathologies tumorales supratentorielles de l’enfant. Observation Nous rapportons une observation rare d’un cavernome géant chez un nourrisson avec revue de la littérature. Il s’agit d’un garc¸on âgé de 18 mois qui a présenté des crises convulsives généralisées. L’examen clinique à l’admission du patient est strictement normal. L’imagerie par résonance magnétique a objectivé un processus temporel gauche large de 63 mm de grand diamètre avec réhaussement hétérogène après injection de gadolinium, un œdème cérébral périlésionnel important et un effet massif sur la ligne médiane. L’angiographie cérébrale était occulte. Le patient a bénéficié d’un abord direct avec exérèse totale d’un processus rappelant un cavernome cérébral. L’examen anatomopathologique confirme le diagnostic d’un cavernome géant du lobe temporal gauche. L’évolution est bonne en postopératoire. Discussion–conclusion Le but de ce papier est de rapporter une observation rare d’un cavernome géant supratentoriel chez un enfant de moins de 2 ans. Le diagnostic sur l’imagerie peut être facilité par les différentes séquences d’IRM. Malgré cela, devant la rareté de cette présentation clinique et radiologique, d’autres diagnostics différentiels peuvent être évoqués en premier notamment les tumeurs d’origine gliale vue leur fréquence ainsi que la taille. La chirurgie s’accompagne souvent d’une bonne évolution clinique et d’une maîtrise des crises d’épilepsie au long terme. L’exérèse totale est la règle dans ce type de lésion. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.neuchi.2018.05.150 P-92

Compression médullaire sur abcès intramédullaire : à propos d’un cas avec revue de la littérature

F. Bouare ∗ , G. Thouassa , M. Laghmari , M. Lmejjati , H. Ghannane , S. Ait Benali Marrakech, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : fabou [email protected], [email protected] (F. Bouare) Introduction L’abcès intramédullaire est une affection exceptionnelle, pouvant se manifester de fac¸on aiguë ou chronique et poser un certain nombre de problèmes diagnostiques. Observation A.B., garc¸on de 10 ans, bien vacciné, sans antécédent pathologique particulier, a été hospitalisé dans un tableau de compression médullaire dorsale fébrile. Hyperleucocytose et VS élevée. L’IRM médullaire en séquence T1 injectée a montré une prise de contraste limitée à la périphérie d’une lésion dorsale bien arrondie. L’intervention chirurgicale a consisté en un drainage avec lavage de la cavité. L’évolution a été marquée par une discrète amélioration neurologique. Discussion–conclusion L’abcès intramédullaire est une affection rare. Il peut être responsable de troubles neurologiques. Le pronostic a été nettement amélioré grâce à l’IRM, permettant un diagnostic précoce, et à la combinaison de nouvelles techniques chirurgicales