NOP9 Un cas de compression medullaire compliquant une exostose

NOP9 Un cas de compression medullaire compliquant une exostose

Matériels et méthodes : La classification utilisée est celle proposée en 2001 par Barkovich et al. Cette classification est basée sur les trois événem...

136KB Sizes 0 Downloads 31 Views

Matériels et méthodes : La classification utilisée est celle proposée en 2001 par Barkovich et al. Cette classification est basée sur les trois événements fondamentaux de la formation corticale : prolifération des neurones et de la glie dans la matrice germinale subventriculaire, migration des neurones post-mitotiques vers la périphérie, organisation corticale secondaire en 6 couches. Résultats : L'IRM étudie tout particulièrement l'épaisseur du manteau cortical, la morphologie du cortex et des sillons, la jonction SBSG, recherche la présence de tissu gris en position ectopique. Ces informations, couplées avec l'histoire familiale, la sémiologie des crises et les données génétiques doivent permettre une classification correcte des lésions. Conclusion : L'IRM permet le dépistage et la classification des malformations corticales. Son apport est fondamental pour décider de la possibilité d'une chirurgie en cas d'épilepsie réfractaire au traitement médical. Une correcte classification de ces malformations devrait aider à fournir à la famille un conseil adapté à la fois en terme de génétique et de pronostic. Mots clés : Encéphale, anomalie - Epilepsie - Pédiatrie

position superficielle d'une couche corticale facilement distendue à distinguer d'une hémorragie intraparenchymateuse profonde. Mots clés : Méninges, hémorragie - Pédiatrie

CAUSE RARE DE L'EXOPHTALMIE: L'OSTEOME FRONTAL A EXTENSION ENDO-ORBITAIRE AVEC MUCOCELE RETENTIONNELLE. APPORT DE L'IMAGERIE T SALAHEDDINE,A ELKHARRAS,A HADDAD,M JIDAL,N AZIZ, S CHAOUIR, T AMIL,A HANINE, M BENAMEUR RABAT - MAROC

Objectifs : Rapporter l'aspect en imagerie d'un volumineux ostéome frontoethmoidal avec extension endo-orbitaire. Matériels et méthodes : Une fille âgée de 15 ans a été admise pour une exophtalmie gauche évoluant depuis 4 mois, avec trouble oculomoteur. Un bilan radiologique a été réalisé. Résultats : Les radiographies standard ont mis en évidence un volumineux ostéome frontoethmoïdal. L'échographie orbitaire a objectivé une formation kystique extraconique en rapport avec une mucocèle rétentionnelle fronto-orbitaire refoulant le globe oculaire. Le scanner DYSRAPHISME DE L'ENFANT cérébral et 1'IRM ont réalisé un bilan lésionnel précis en montrant I BELLARA, A ZRIG,K MRADDALY,D BAKIR, H AMARA,K TLILI-GRAIESS.l'extension de l'ostéome, et ses conséquences sur le globe oculaire. CH KRAIEM La patiente a été traitée par voie chirurgicale, après une tentative par SOUSSE- TUNISIE voie endoscopique. Les suites ont été simples. Conclusion : Les ostéomes sont des tumeurs bénignes d'évolution Objectifs : Fournir un support pédagogique d'utilisation facile pour très lente, leur découverte peut être fortuite ou à l'occasion d'une les résidents de radiologie, de pédiatrie et de neuro-radiologie concomplication mécanique. L'imagerie conventionnelle et surtout en cernant les malformations congénitales du rachis de l'enfant. coupe permet une bonne analyse sémiologique des lésions, et de faire Matériels et méthodes : CD-Rom lisible sur PC. un bilan lésionnel complet permettant de guider le choix thérapeutiRésultats : Après un bref rappel embryologique et des particularités que. anatomiques du rachis de l'enfant, nous passerons en revue les prinMots clés : (Eil - Pédiatrie - Massif facial, tumeur cipaux dysraphismes tout en insistant sur l'apport de l'imagerie moderne. Conclusion : Les dysraphismes de l'enfant constituent une pathologie rare dont l'approche diagnostique a été améliorée par les nouvelles méthodes d'imagerie médicale. UN CAS DE COMPRESSION MEDULLAIRE Mots clés : Rachis, anomalie congénitale - Pédiatrie COMPLIQUANT UNE EXOSTOSE N k i z , A ELHADDAD, A ELKHARRAS,M JIDAL,S CHAOUIR, TAMIL, A HANINE, M BENAMEUR RABAT- MAROC

HEMORRAGIE SOUS-PIALE : ESPACE PEU CONNU DES HEMORRAGIES INTRACRANIENNES D GREVENT, F PROUST, V LAUDENBACH, A LAQUERRIERE, C CELLIER, D EURIN ROUEN - FRANCE Objectifs : Montrer un site peu connu d'hémorragie intracrânienne du prématuré. Matériels et méthodes : Prématuré né à 32 semaines d'aménorrhée par césarienne dans un contexte d'hématome rétroplacentaire. Les premiers jours de vie ont été marqués par une maladie des membranes hyalines, des troubles de l'hémostase et un syndrome infectieux sévère. Résultats : Une ETF à 56 met en évidence un syndrome de masse avec des images liquidiennes superficielles occipitales droites. Une IRM à J10 affirme la nature hémorragique de la lésion, superficielle respectant l'espace sous-arachnoïdien, localisée en temporo-occipital droit et en miroir en frontal postérieur gauche, datant de quelques jours avec tendance à l'expansion sous-jacente. Cette topographie est inhabituelle mais connue des neurochirurgiens. Elle se fait dans la couche 1 du cortex, zone toute superficielle bordée par la membrane limitante la séparant de la pie-mère, elle-même traversée par des vaisseaux perforants. Sa structure est relativement lâche et lors d'un traumatisme direct elle se distend facilement par l'œdème avec rupture secondaire des vaisseaux perforants. Les formes étendues peuvent se compliquer d'ischémie sous-jacente. Conclusion : L'IRM permet une localisation précise des épanchements hémorragiques, dont l'aspect ici est caractéristique par la dis-

Objectifs : À travers une observation de compression médullaire au niveau thoracique, nous décrivons les formes radiographiques sur les clichés standard, le scanner et I'IRM de l'exostose vertébrale. Matériels et méthodes : Il s'agit d'un patient de 15 ans, suivi pour une maladie exostosante familiale, hospitalisée pour un tableau clinique de compression médullaire thoracique avec paraplégie. Des clichés standard de tout le rachis, un scanner et une IRM du rachis thoracique ont été pratiqués. Résultats : L'IRM objective une lésion osseuse intra-canalaire extradurale, prenant naissance à partir de l'arc postérieur de Th 2 avec effet de masse sur la moelle épinière qui présente des signes de souffrance médullaire. Le scanner confirme la nature osseuse du processus et son point de départ. Conclusion : L'ostéochondrome est une tumeur bénigne touchant essentiellement les os longs, rarement le squelette axial. La répartition au niveau rachidien prédomine au niveau cervical pour l'exostose solitaire, et le rachis thoracique puis lombaire pour la maladie exostosante. La compression médullaire est plus fréquente dans les formes multiples que solitaires, ce qui fait la particularité de cette observation. Mots clés : Moelle épinière - Rachis, tumeur bénigne