Présentation du musée d’art et d’histoire de l’Hôpital Sainte-Anne (MAHHSA). La Collection Sainte-Anne. De sa constitution au Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne (MAHHSA)

Présentation du musée d’art et d’histoire de l’Hôpital Sainte-Anne (MAHHSA). La Collection Sainte-Anne. De sa constitution au Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne (MAHHSA)

G Model AMEPSY-2843; No. of Pages 3 Annales Me´dico-Psychologiques xxx (2019) xxx–xxx Disponible en ligne sur ScienceDirect www.sciencedirect.com ...

204KB Sizes 0 Downloads 4 Views

G Model

AMEPSY-2843; No. of Pages 3 Annales Me´dico-Psychologiques xxx (2019) xxx–xxx

Disponible en ligne sur

ScienceDirect www.sciencedirect.com

Communication

Pre´sentation du muse´e d’art et d’histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne (MAHHSA). La Collection Sainte-Anne. De sa constitution au Muse´e d’Art et d’Histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne (MAHHSA) The Sainte-Anne Collection. About its constitution to the Muse´e d’Art et d’Histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne (MAHHSA) Anne-Marie Dubois Hoˆpital Sainte-Anne, 1, rue Cabanis, 75014 Paris, France

I N F O A R T I C L E

R E´ S U M E´

Historique de l’article : Disponible sur Internet le xxx

La Collection Sainte-Anne, par son histoire et la diversite´ de ses œuvres, est une me´taphore de la question de la multiplicite´ des ressorts de la cre´ativite´. Si sa constitution se situe en 1950 (a` l’issue de La premie`re exposition internationale d’art psychopathologique qui se tint lors du premier congre`s mondial de psychiatrie a` Paris a` l’hoˆpital Sainte-Anne), son existence est intimement lie´e a` l’histoire artistique, politique, psychiatrique de la premie`re partie du XXe sie`cle. Le Centre d’E´tude de l’Expression ge`re cette Collection depuis 1973, et il s’agit de faire en sorte que cet ensemble d’œuvres unique soit inventorie´, restaure´, conserve´ dans de bonnes conditions et pre´sente´ lors de nombreuses expositions, autour de the`mes pre´cis, ouvertes au public. Chaque exposition est l’occasion de de´stigmatiser ces œuvres. La Collection Sainte-Anne s’inscrit non pas dans une histoire paralle`le, mais bien dans l’histoire de l’art contemporain. C’est ainsi qu’une reconnaissance particulie`re lui fut accorde´e en 2016 puisque le Muse´e d’Art et d’Histoire de l’hoˆpital Sainte-Anne a rec¸u l’appellation Muse´e de France.

C 2019 Publie ´ par Elsevier Masson SAS.

Mots cle´s : Art Cre´ativite´ Muse´e d’Art et d’Histoire de l’hoˆpital Sainte-Anne Psychiatrie

A B S T R A C T

Keywords: Art Creativity Muse´e d’Art et d’Histoire de l’hoˆpital Sainte-Anne Psychiatry

The Sainte-Anne Collection, by its history and the diversity of its works, is a metaphor for the question of the multiplicity of springs of creativity. If its constitution is in 1950 (at the end of the first international exhibition of psychopathological art held during the first world congress of psychiatry in Paris at SainteAnne hospital), its existence is closely linked to the artistic, political, psychiatric history of the first part of the twentieth century. The Centre d’E´tude de l’Expression has managed this collection since 1973, and it is a question of making sure that this unique set of works is inventoried, restored, preserved in good conditions and presented at numerous exhibitions, around specific themes, open to the public. Each exhibition has the opportunity to destigmatize these works. The Sainte-Anne Collection is not part of a parallel story, but of the history of contemporary art. This is how special recognition was granted in 2016, since the Muse´e d’Art et d’Histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne has received the Muse´e de France designation.

C 2019 Published by Elsevier Masson SAS.

1. Introduction Le processus de cre´ation qui ame`ne a` trouver en soi des sons, des formes, des couleurs, des mots, des histoires, des constructions, des harmonies reste e´nigmatique. Si bien que le

Adresse e-mail : [email protected]

recours a` des hypothe`ses irrationnelles pour pouvoir donner un sens a` ce processus est fre´quent : la folie, les paradis artificiels, le de´re`glement psychique comme origine du ge´nie cre´ateur. Ces liens entre cre´ation et folie sont cependant diversement perc¸us selon les e´poques, les milieux et les ide´ologies dominantes. Ainsi les œuvres des collections hospitalie`res et les artistes qui en sont les auteurs sont-ils souvent stigmatise´s.

https://doi.org/10.1016/j.amp.2019.12.003 C 2019 Publie ´ par Elsevier Masson SAS. 0003-4487/

Pour citer cet article : Dubois A-M. Pre´sentation du muse´e d’art et d’histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne (MAHHSA). La Collection SainteAnne. De sa constitution au Muse´e d’Art et d’Histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne (MAHHSA). Ann Med Psychol (Paris) (2019), https:// doi.org/10.1016/j.amp.2019.12.003

G Model

AMEPSY-2843; No. of Pages 3 2

A.-M. Dubois / Annales Me´dico-Psychologiques xxx (2019) xxx–xxx

Alors qu’il collectionnait les œuvres de ses malades, le psychiatre Auguste Marie disait en 1905 : « Si l’on voulait analyser en de´tail l’œuvre artistique de la folie, on y trouverait tous les reflets des e´tapes de la pense´e humaine, depuis ses origines, ses taˆtonnements, ses erreurs, ses chutes, ses passions et ses progre`s. »

2. Histoire artistique, politique, psychiatrique de la premie`re partie du XXe sie`cle La Collection Sainte-Anne, par son histoire et la diversite´ de ses œuvres, est une me´taphore de cette question et un exemple de la multiplicite´ des ressorts de la cre´ativite´. Si sa constitution se situe en 1950 (a` l’issue de La premie`re exposition internationale d’art psychopathologique qui se tint lors du Premier Congre`s mondial de Psychiatrie a` Paris a` l’hoˆpital Sainte-Anne), son existence est intimement lie´e a` l’histoire artistique, politique, psychiatrique de la premie`re partie du XXe sie`cle. Pendant cette pe´riode, Andre´ Breton participait a` la re´alisation des fresques de la salle de garde de l’hoˆpital apre`s avoir e´crit L’art des fous ou la cle´ des champs ; Jean Dubuffet correspondait avec Robert Volmat et constituait sa collection d’Art Brut ; Gaston Ferdie`re passait commande a` Guillaume Pujolle ; les surre´alistes associaient des œuvres de malades a` leurs propres expositions ; l’ouvrage de Hans Prinzhorn, Expressions de la folie, circulait depuis 1930 et passionnait. Le´on Schwarz-Abrys (1905–1990) connut une certaine notorie´te´ apre`s la guerre en lien avec sa pre´sence a` l’hoˆpital Sainteˆ t 1944. Il s’y trouva abrite´ et Anne entre le 30 mars 1943 et le 21 aou prote´ge´, ainsi que d’autres re´fugie´s menace´s de de´portation. Toute son œuvre e´crite lui a e´te´ inspire´e par ce se´jour qu’il place au centre de ses livres (cependant il ne fut jamais suspecte´ d’alie´nation mentale meˆme si son excentricite´ fut parfois souligne´e). Il re´alisa e´galement plusieurs tableaux dont la plupart repre´sentent des sce`nes de la vie quotidienne a` l’inte´rieur de ce qui e´tait encore appele´ un asile. Un certain nombre de ses œuvres sont pre´sentes aujourd’hui au sein de la collection Sainte-Anne. Les liens de Schwarz-Abrys avec l’hoˆpital Sainte-Anne perdure`rent au-dela` de son internement puisqu’il fut l’un des organisateurs (avec Graulle, Ferdie`re et Bessie`res) de l’exposition d’Œuvres re´alise´es par des malades mentaux du 16 au 28 fe´vrier 1946. Il sut e´laborer une re´flexion sur « cre´ation et folie ». Il refusa de dissocier les processus cre´atifs chez l’homme normal et le malade. L’interpre´tation me´dicale d’œuvres d’art est pour lui une stupidite´ qui ne fait que « mettre en e´vidence l’inculture de ceux qui ont l’imprudence de s’y livrer ». Il montre combien le regard qui juge une œuvre est conditionne´ par la provenance de son auteur. En rupture avec une e´poque ou` l’interpre´tation psychopathologique e´tait pre´valente, Schwarz-Abrys conteste l’influence cre´atrice de la folie. Il nie e´galement « la possibilite´ de de´celer dans une cre´ation un indice refle´tant le caracte`re ou la personnalite´ du re´alisateur artisan ou artiste », il critique e´galement ainsi la position des historiens d’art qui soutiennent la fragilite´ psychique des artistes. Les missions actuelles du MAHHSA se situent exactement dans cette ligne de pense´e. Cette exposition de 1946 pre´sentait des œuvres de malades reste´es dans l’ombre pendant de nombreuses anne´es, soigneusement conserve´es par les institutions ou les psychiatres. Cent soixante-dix-huit œuvres e´taient ainsi re´unies et certaines e´taient a` vendre. C’e´tait aussi pour cet hoˆpital parisien la possibilite´ de retrouver son roˆle artistique et de pionnier en matie`re de re´flexion culturelle : cette exposition ouverte au grand public fut tre`s visite´e et tre`s commente´e. Les articles de presse de l’e´poque mettent en avant l’e´tonnement de cette de´couverte, mais aussi la qualite´ esthe´tique des œuvres pre´sente´es, en faisant des liens avec les caracte´ristiques des œuvres contemporaines « officielles ».

3. La Collection Sainte-Anne Mais le re´el point de de´part de la constitution de la Collection Sainte-Anne est l’exposition de 1950 qui s’est tenue a` la fois a` l’hoˆpital Sainte-Anne et a` la chapelle de la Sorbonne. Il s’agissait de pre´senter les œuvres de « patients-artistes » de dix-sept diffe´rents pays du monde sous l’appellation de Exposition internationale d’art psychopathologique. A` la suite de cette exposition, un certain nombre d’institutions ou de psychiatres prive´s qui avaient apporte´ des œuvres les ont ˆr laisse´es en don a` l’hoˆpital. Par la suite, la Collection a bien su continue´ a` s’enrichir, de multiples fac¸ons. Ainsi les œuvres les plus anciennes datent-elles de 1858 et les plus re´centes sont-elles actuelles et contemporaines. 4. Le Centre d’E´tude de l’Expression Le Centre d’E´tude de l’Expression ge`re cette Collection depuis 1973, date de la constitution de cette association maintenant reconnue d’utilite´ publique. Il s’agit de faire en sorte que cet ensemble d’œuvres, unique par son nombre, sa diversite´ et son originalite´, soit inventorie´, restaure´, conserve´ dans de bonnes conditions. Le Centre d’E´tude de l’Expression remplit ces diffe´rentes missions, ainsi que celle d’organiser de nombreuses expositions, autour de the`mes pre´cis. Chaque exposition est l’occasion de de´stigmatiser ces œuvres, pour celui qui voudrait se´parer ce qui est cre´e´ par un malade et ce qui est cre´e´ par quelqu’un conside´re´ comme sain. Les concepts propose´s pour chaque pre´sentation au grand public sont une fac¸on d’amorcer une re´flexion sur le statut des œuvres d’art re´alise´es par des artistes-malades. Un autre objectif est de tenter de redonner a` ces œuvres, comme a` ces artistes, une place qui leur est souvent interdite. La valorisation de la Collection Sainte-Anne, remarquable par sa diversite´ et par sa qualite´, est l’occasion de montrer a` quel point les œuvres s’inscrivent non pas dans une histoire paralle`le, mais bien dans l’histoire de l’art contemporain. C’est ainsi qu’une reconnaissance particulie`re lui fut accorde´e en 2016 puisque le Muse´e d’Art et d’Histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne a rec¸u l’appellation Muse´e de France. 5. Conserver, rassembler, pre´senter et utiliser les œuvres cre´e´es en ateliers d’art-the´rapie Dans tous les ateliers de the´rapies me´diatise´es, dans les structures dites d’ergothe´rapie ou dans leurs chambres, les patients dessinent, peignent, colorient. Ces activite´s cre´atrices aboutissent a` des productions profonde´ment individuelles et personnelles que l’on appelle des œuvres. Celles-ci sont le plus souvent spontane´es et libres. Parfois elles suivent une the´matique propose´e par le responsable de l’atelier ou une ide´e groupale. Tout au long d’une hospitalisation, les productions s’enrichissent et peuvent se comple´ter d’une hospitalisation a` l’autre pour un ˆ r au patient et patient. Les productions appartiennent bien su doivent pouvoir lui eˆtre confie´es, restitue´es meˆme apre`s son hospitalisation. La conservation de ces productions reste encore artisanale. Durant l’hospitalisation, le patient sait ou` les retrouver dans l’atelier ou les emporte dans sa chambre. A` sa sortie il les emporte ou les laisse aux soins du service ou de l’hoˆpital. A` un moment ou les dossiers sont devenus nume´rise´s, si elles ne sont pas photographie´es ou scanne´es, elles n’ont plus de lien structurel avec le dossier. Les œuvres laisse´es a` l’hoˆpital deviennent alors tributaires de la me´moire des soignants qui ont connu un patient, de leur pouvoir d’attractivite´ qui guide un de´sir de conservation ou plus simplement des enjeux de place disponible ou d’archivage. La

Pour citer cet article : Dubois A-M. Pre´sentation du muse´e d’art et d’histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne (MAHHSA). La Collection SainteAnne. De sa constitution au Muse´e d’Art et d’Histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne (MAHHSA). Ann Med Psychol (Paris) (2019), https:// doi.org/10.1016/j.amp.2019.12.003

G Model

AMEPSY-2843; No. of Pages 3 A.-M. Dubois / Annales Me´dico-Psychologiques xxx (2019) xxx–xxx

conservation implique une nume´risation simple et un onglet dans le dossier. Rassembler les productions peut eˆtre le fait spontane´ du patient cre´ateur. Il voit l’e´volution de ses productions au fil des jours. Ce peut eˆtre l’objet de l’atelier d’expression ou` il cre´e. Ces ateliers gardent des traces d’œuvres individuelles ou collectives propose´es a` l’imaginaire de plusieurs patients lors d’un groupe ou d’une se´ance. Ainsi un meˆme the`me peut confronter les interpre´tations de plusieurs patients et les diffe´rentes œuvres cre´e´es expriment les singularite´s de l’imaginaire de chacun autour d’une ide´e propose´e. Il y a d’autres modalite´s de conservation bien connues. Plusieurs muse´es rassemblent les œuvres issues de l’art brut, de l’art singulier, de l’art des fous : le muse´e de l’art brut de Lausanne, les salles du muse´e de Villeneuve d’Ascq, le muse´e de l’art brut de Montpellier. Des collectionneurs prive´s ou des galeristes se sont inte´resse´s a` ces productions, au point de cre´er un marche´ florissant pour cet art. Pre´senter ces œuvres est souvent l’apanage d’expositions the´matiques lors de re´unions scientifiques ou d’art-the´rapie. De plus en plus de muse´es d’art moderne et contemporain ont inte´gre´ des œuvres d’art brut dans leurs collections, tels le MoMA de New York, la Tate Moderne de Londres, le Muse´e d’art moderne de la ville de Paris, le Muse´e cantonal des beaux-arts de Lausanne ou encore le Kunsthaus d’Aarau en Suisse.

3

Mais l’originalite´ des muse´es inte´gre´s aux hoˆpitaux tels le muse´e d’art et d’histoire de l’hoˆpital Sainte-Anne re´side dans le mouvement dans les deux sens que permet leur insertion. Des patients les fre´quentent, voient des œuvres, peuvent s’en inspirer et ceci contribue a` la de´stigmatisation. Les responsables du muse´e, connaisseurs et avertis dans le domaine de l’art brut, repe`rent au sein des œuvres produites dans l’hoˆpital celles qui pourraient eˆtre mises en lumie`re. Utiliser les œuvres se conc¸oit dans un but pe´dagogique autour de l’imaginaire, de la cre´ativite´, de l’histoire de la psychopathologie de l’expression. On se re´fe´rera dans ce domaine au superbe livre Art singulier et psychiatrie du docteur Guy Roux qui s’inte´resse a` la psychopathologie au quotidien. Ceci concerne tous les professionnels du soin comme les e´tudiants en art ou en histoire de l’art. Mais utiliser les œuvres, c’est aussi voir les ressources cre´atrices de nous-meˆmes dans des moments de fragilite´ et de maladie. Le muse´e redonne une histoire, une pre´sence, une actualite´ a` ces moments passe´s. Pr Laurent Schmitt.

De´claration de liens d’inte´reˆts L’auteur de´clare ne pas avoir de liens d’inte´reˆts.

Pour citer cet article : Dubois A-M. Pre´sentation du muse´e d’art et d’histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne (MAHHSA). La Collection SainteAnne. De sa constitution au Muse´e d’Art et d’Histoire de l’Hoˆpital Sainte-Anne (MAHHSA). Ann Med Psychol (Paris) (2019), https:// doi.org/10.1016/j.amp.2019.12.003