Pronostic des cancers oligométastatiques encéphaliques traités par irradiation stéréotaxique fractionnée

Pronostic des cancers oligométastatiques encéphaliques traités par irradiation stéréotaxique fractionnée

654 Posters / Cancer/Radiothérapie 19 (2015) 644–697 ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (J.-M. Han...

60KB Sizes 0 Downloads 0 Views

654

Posters / Cancer/Radiothérapie 19 (2015) 644–697



Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (J.-M. Hannoun-Lévi)

Objectifs Analyser la toxicité tardive d’une curiethérapie interstitielle complémentaire de haut débit de dose de cancers de la prostate selon trois fractionnements. Patients et méthodes De 02/2009 à 03/2012, 140 patients atteints d’un cancer de prostate (de risque faible dans 6,4 % des cas, risque intermédiaire dans 17,9 % et haut risque dans 75,7 %) ont rec¸u une radiothérapie externe de 46 Gy en 23 fractions puis une curiethérapie interstitielle complémentaire de haut débit de dose. Trois schémas de curiethérapie interstitielle de haut débit de dose ont été utilisés : de 02/2009 à 01/2010, groupe 1, 18 Gy en trois fractions et deux jours (21,4 %) ; de 02/2010 à 05/2011, groupe 2, 18 Gy en deux fractions et deux jours (39,3 %) ; de 06/2011 à 03/2012, groupe 3, 14 Gy en une seule séance (39,3 %). La surveillance après la curiethérapie interstitielle complémentaire de haut débit de dose a été réalisée tous les 6 mois. La toxicité urinaire, digestive et sexuelle a été évaluée avec la Common Terminology Criteria for Adverse Events v4,0. Les taux actuariels à 5 ans de survie sans rechute biochimique, de survie sans métastase et de survie globale ont été calculés. Résultats Le suivi médian était de 46,1 mois [33,4–72,4], L’âge médian était de 67,7 ans [47–79,5]. Un traitement antiandrogénique a été prescrit à 108 patients (77,7 %) pendant une durée médiane de 26,3 mois [6–36]. Les taux de toxicité urinaire, digestive et sexuelle de grade 2 ou plus étaient respectivement de 2,9 %, 2,9 % et 85 % (groupe 1 contre groupe 2 contre groupe 3 ; p = NS). Le nombre total de cas de toxicité et le grade de toxicité étaient équivalents entre les trois groupes (respectivement p = 0,97 et p = 0,11). Les taux actuariels à 5 ans de survie sans rechute biochimique, de survie sans métastase et de survie globale étaient respectivement de 85 % [intervalle de confiance : 76–94], 97 % [94–99] et 88,1 % [78,4–98,9] (groupe 1 contre groupe 2 contre groupe 3 ; p = NS). Conclusion Une curiethérapie interstitielle complémentaire de haut débit de dose en une seule séance apparaît équivalente à un schéma multifractionné en termes de toxicité tardive, alors qu’elle est plus acceptable pour le patient, permet un gain de temps pour l’équipe médicale et est d’un meilleur rapport coût–efficacité. Déclaration d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir d’intérêt direct ou indirect (financier ou en nature) avec un organisme privé, industriel ou commercial en relation avec le sujet présenté. http://dx.doi.org/10.1016/j.canrad.2015.07.044 P026

Pronostic des cancers oligométastatiques encéphaliques traités par irradiation stéréotaxique fractionnée

P. Royer ∗ , V. Bernier , D. Peiffert Institut de cancérologie de Lorraine Alexis-Vautrin, Vandœuvre-lès-Nancy, France ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (P. Royer) Objectifs Analyse de la survie globale, des risques de décès neurologique, de progression locale, d’apparition de nouvelles métastases cérébrales et de leurs facteurs pronostiques respectifs chez les patients atteints de cancer oligométastatique traité par irradiation stéréotaxique hypofractionnée par CyberKnife® , associée ou non à une irradiation de l’encéphale en totalité. Patients et méthodes Étude rétrospective institutionnelle chez 102 patients lors de leur prise en charge initiale pour une à trois métastases cérébrales dont 76 traitées par irradiation stéréotaxique hypofractionnée seule et 26 par irradiation stéréotaxique hypofractionnée et de l’encéphale en totalité. Les objectifs ont été évalués

et comparés entre ces deux groupes selon la méthode de KaplanMeier et selon les critères RECIST (Response Evaluation Criteria in Solid Tumors) pour la réponse locale. Tous les patients ont donné leur consentement par écrit. Résultats Il n’y avait pas de différence entre les groupes recevant une irradiation stéréotaxique hypofractionnée seule ou une irradiation stéréotaxique hypofractionnée et de l’encéphale en totalité en termes de survie globale (durées médianes respectives de 21,5 mois et 20,1 mois) et de risque de décès neurologique (respectivement 23,8 % et 27,6 % à deux ans). Le risque de progression métastatique cérébrale était plus important après irradiation stéréotaxique hypofractionnée seule qu’après irradiation stéréotaxique hypofractionnée et de l’encéphale en totalité avec respectivement à un an 25 % contre 17,6 %, de même que celui d’apparition de nouvelles métastases cérébrales, avec à un an 23,7 % contre 11,5 %. Après les éventuels traitements de rattrapage, le taux de contrôle local brut était identique entre les deux groupes, respectivement 78,6 % et 73,5 % et l’irradiation de l’encéphale en totalité a pu être évitée à 72,4 % des patients du groupe traité par irradiation stéréotaxique hypofractionnée seule. Conclusion L’irradiation de l’encéphale en totalité apporte un gain en contrôle local de la maladie métastatique cérébrale. Ne pas réaliser d’emblée cette irradiation, en complément de l’irradiation stéréotaxique hypofractionnée, pour la réserver aux seuls traitements de rattrapage n’altère ni la survie globale ni le risque de décès neurologique chez les patients sélectionnés, atteints de cancer de pronostic favorable. Déclaration d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir d’intérêt direct ou indirect (financier ou en nature) avec un organisme privé, industriel ou commercial en relation avec le sujet présenté. http://dx.doi.org/10.1016/j.canrad.2015.07.045 P027

Irradiation hypofractionnée en conditions stéréotaxiques postopératoire des métastases cérébrales : analyse chez 95 patients M. Doré 1,∗ , S. Martin 2 , L. Campion 1 , G. Delpon 1 , F. Thillays 1 Institut de cancérologie de l’Ouest René-Gauducheau, Saint-Herblain, France 2 CHU R. Laennec, Nantes, France ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Doré) 1

Objectifs Évaluation du contrôle local après irradiation stéréotaxique des berges d’exérèse pour le traitement de métastases cérébrales. Patients et méthodes Nous avons analysé les dossiers d’une série de patients pris en charge au centre entre mars 2008 et janvier. La dose prescrite dans le volume cible prévisionnel était de 23,1 Gy en trois fractions de 7,7 Gy, prescrite sur l’isodose 70 %. Le volume cible prévisionnel correspondait à la cavité d’exérèse, l’éventuelle prise de contraste et une marge isotropique de 2 mm. Tous les patients ont été suivis par IRM cérébrale trimestrielle. La rechute locale (récidive en zone irradiée) ainsi que la rechute cérébrale et la survenue d’une radionécrose ont été relevées. Résultats Les dossiers de 95 patients (atteints de 97 lésions) ont été examinés. L’âge médian était de 60 ans [36–82 ans]et 39,2 % de patients étaient atteints d’uncarcinome bronchique non à petites cellules). Le score GPA (graded prognostic assessment) était majoritairement de 3 (48 %). Cinquante et un pour cent des lésions initiales étaient de 30 mm ou plus. Le volume cible prévisionnel médian était de 12,9 mm3 [0,8–64,7]. Avec un suivi médian de 17 mois, les taux de contrôle local à 1 an et 2 ans étaient respectivement de 84 % et 83 %. En analyse unifactorielle, les facteurs associés à un bon taux de contrôle local étaient : l’absence de prise de contraste suspecte de reliquat sur l’IRM avant la radiothérapie (p < 0,00001), un volume tumoral initial de moins de 9,5 mm3 (p = 0,05), un volume cible