Tuberculose multifocale : à propos de 50 cas

Tuberculose multifocale : à propos de 50 cas

A266 22e congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lyon, 26—28 janvier 2018 607 Pyopneumothorax tuberculeux M. Ami ∗ , N. Zaghba , H. Benjello...

60KB Sizes 0 Downloads 16 Views

A266

22e congrès de pneumologie de langue franc ¸aise — Lyon, 26—28 janvier 2018

607

Pyopneumothorax tuberculeux M. Ami ∗ , N. Zaghba , H. Benjelloun , N. Yassine CHU de Casablanca, Casablanca, Maroc ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (M. Ami) Introduction La tuberculose pose toujours un problème de santé publique au Maroc. Le pyopneumothorax tuberculeux est une complication rare, mais grave, secondaire à la rupture d’une caverne tuberculeuse dans la cavité pleurale. Méthodes Nous rapportons une étude rétrospective portant sur 49 cas de pyopneumothorax tuberculeux hospitalisés au service des maladies respiratoires du CHU Ibn-Rochd de Casablanca, entre 2004 et 2017. Résultats La moyenne d’âge des patients était de 36 ans (extrêmes : 20 et 66 ans) avec une prédominance masculine (59,18 %). Un antécédent de tuberculose pulmonaire était noté dans quatre cas, de pyopneumothorax tuberculeux dans un cas et de diabète dans dix cas. La symptomatologie clinique était dominée par la douleur thoracique et la dyspnée. À la radiographie thoracique le pyopneumothorax était associé à des lésions parenchymateuses apicales dans neuf cas. Elle a objectivé une image hydroaérique dans tous les cas avec localisation à droite dans 31 cas. Le diagnostic était confirmé par les bacilloscopies positives dans le pus pleural dans 32 cas et dans les expectorations dans douze cas. Le diagnostic était retenu devant des arguments radiocliniques dans huit cas. La sérologie VIH était positive dans trois cas. Un traitement antibacillaire était instauré selon le régime 2SRHZ/7RH dans 23 cas, 2RHZ/4RH dans quinze cas et 2RHZE/4RH dans onze cas. Un drainage thoracique était indiqué dans tous les cas. Le recours à la chirurgie était nécessaire dans sept cas. L’évolution était bonne dans 33 cas, la récidive était survenue dans neuf cas et nous rapportons quatre décès. Conclusion À travers cette étude, nous insistons sur la gravite du tableau radio-clinique du pyopneumothorax tuberculeux et sur la difficulté de sa prise en charge thérapeutique. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmr.2017.10.619 608

Tuberculose multifocale : à propos de 50 cas H. Gharsalli 1,∗ , E. Guermazi 1 , A. Ben Tkhayat 1 , H. Neji 2 , S. Aouadi 1 , A. Gueriani 3 , M. Mlika 4 , S. Maalej 1 , L. Douik El Gharbi 1 1 Service de pneumologie D, hôpital A. Mami, Ariana, Tunisie 2 Service de radiologie, hôpital A. Mami, Ariana, Tunisie 3 Service de bactériologie, hôpital A. Mami, Ariana, Tunisie 4 Service d’anatomopathologie, hôpital A. Mami, Ariana, Tunisie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (H. Gharsalli) Introduction La tuberculose constitue un problème majeur de la santé publique en Tunisie. La tuberculose multifocale, définie par la l’atteinte d’au moins deux sites extrapulmonaires associée ou non à une atteinte pulmonaire, est rare mais grave. Elle touche essentiellement le sujet immunodéprimé. Le but de ce travail est d’analyser les particularités diagnostiques, thérapeutiques et évolutives de la tuberculose multifocale. Méthodes Étude rétrospective incluant les patients suivis pour tuberculose multifocale de janvier 2010 à décembre 2016. Résultats Cinquante patients (45 femmes et 5 hommes) ont été inclus soit 6 % de l’ensemble des tuberculoses hospitalisées durant cette période. L’âge moyen était de 44 ans (17 à 75 ans). Sept patients étaient diabétiques et quatre étaient traités pour un néoplasie sous-jac ¸ente. Les sérologies du VIH et de l’hépatite B étaient

négatives pour tous les patients cependant un patient avait une sérologie de l’hépatite C positive. Le délai diagnostique moyen était de 4,5 mois (1 semaine à 12 mois). L’atteinte pulmonaire a été observée dans la moitié des cas dont 6 patients (12 %) étaient à type de miliaire. Les autres localisations sont : pleurales (44 %), ganglionnaires périphériques (80 %), ganglionnaires profondes (70 %), hépatospléniques (16 %), péritonéales (20 %), méningées (6 %), cérébrales (12 %), osseuses et vertébrales (18 %), de la paroi thoracique (10 %), urogénitales (6 %), mammaires (4 %), cutanées (4 %) et du cavum (4 %). Le diagnostic était histologique dans 74 % des cas et bactériologique dans 14 % des cas. Il était retenu sur des arguments radiocliniques et anamnestiques dans 6 cas (12 %). Le traitement antibacillaire était instauré chez tous nos patients pour une durée moyenne de 10 mois (6 à 18 mois). L’évolution était favorable dans 70 % des cas. Le décès était noté dans 3 cas (6 %). Douze patients (24 %) étaient perdus de vue. Conclusion La tuberculose multifocale est non rare chez les sujets immunocompétents. Son aspect multiple et souvent trompeur peut retarder le diagnostic. Son évolution est le plus souvent favorable au prix d’un traitement prolongé et lourd. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmr.2017.10.620 609

Tuberculose pulmonaire et maladie thromboembolique une association non fortuite N. Dermech ∗ , N. Djami , R. Amrane , A. Fissah Service de pneumologie, Alger, Algérie ∗ Auteur correspondant. Adresse e-mail : [email protected] (N. Dermech) Introduction Les infections aiguës figurent parmi les facteurs de risque classique de maladie thromboembolique veineuse (MTEV). Le rôle des infections chroniques telles que la tuberculose pulmonaire est mal définie, bien que plusieurs séries de cas semblent décrire ce lien. Méthodes Afin d’évaluer le risque de MTEV lié à la tuberculose pulmonaire (TP), nous avons rapporté tous les cas de thrombose veineuse associés à une TP à partir d’une étude rétrospective descriptive allant de janvier 2013 à août 2016, se basant sur les dossiers des patients hospitalisés pour tuberculose pulmonaire et extrapulmonaire. Résultats Sur les 2685 patients hospitalisés 119 présentaient une TP. Sur les 119 cas de TP hospitalisés 12 cas ont présenté une MTEV soit 10 % des cas. Le sex-ratio est de 10 hommes/5 femmes, l’âge moyen est de 52 ans, 8 cas de TVP du membre inférieur (66 % des cas) ; 2 cas de thrombose du membre supérieur (17 % des cas), 5 cas d’embolie pulmonaire (42 %) dont 1 embolie bilatérale massive. 3 patients sont décédés (1 seul décès lié a une hémoptysie foudroyante). Conclusion Comparée aux données de la littérature cette étude rejoint les résultats qui montrent l’association rare mais confirmée entre la tuberculose et la MVTE avec une plus forte fréquence pour la TP suggère une susceptibilité génétique à développer une MTEV chez les tuberculeux. La TP doit être considérée comme un facteur de risque pertinent de MTEV et pourrait être discuté dans les algorithmes d’évaluation de risque de MTEV. Déclaration de liens d’intérêts Les auteurs déclarent ne pas avoir de liens d’intérêts. https://doi.org/10.1016/j.rmr.2017.10.621